Norwich : fini le lancer de toques à la remise des diplômes

  • A
  • A
Norwich : fini le lancer de toques à la remise des diplômes
Image d'illustration.@ LEE CELANO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Selon une université britannique, le célèbre lancer de toques effectué lors de la remise des diplômes pourrait provoquer... des blessures.

On savait les étudiants menacés par le surmenage, la malbouffe ou les soirées trop arrosées mais une université britannique a décidé de s'attaquer à un danger encore méconnu : le redoutable lancer de toques lors des remises de diplômes.

"Plusieurs blessures signalées au cours des dernières années". Née aux États-Unis, cette tradition consiste à lancer sa toque vers le ciel pour marquer dans l'allégresse la fin d'un cycle universitaire. Problème : en retombant, ladite toque peut provoquer des blessures si l'on en croit l'Université d'East Anglia, basée à Norwich sur la côte est de l'Angleterre, qui a donc décidé de mettre un terme à cette pratique. Cette interdiction "fait suite à plusieurs blessures signalées au cours des dernières années", affirme l'établissement dans un communiqué. "Il s'agit là d'un risque inacceptable et nous souhaitons nous assurer que les remises de diplômes des étudiants ne soient pas gâchées."

À la place, l'université propose... des montages photos. Pour faire passer la pilule, l'université a proposé aux étudiants de truquer les photos en simulant le lancer de toques. Concrètement, les étudiants en toges sont invités à mimer le fameux geste, les toques étant ensuite numériquement ajoutées à l'image. 

"Dans le Top 10 des pires excuses jamais inventées". En plus d'énerver les étudiants, l'interdiction n'a pas vraiment convaincu les spécialistes de santé. "Invoquer de pseudo raisons de santé et de sécurité pour interdire le lancer de toques (...) figure dans notre Top 10 des pires excuses jamais inventées", a ironisé Geoff Cox, un responsable de la direction britannique de la santé et de la sécurité (HSE). "La probabilité d'être blessé par une toque volante est incroyablement faible et il est excessif d'imposer une telle interdiction", a-t-il ajouté.