Gaza : Mohammed Deif, l'homme à abattre pour Israël

  • A
  • A
Gaza : Mohammed Deif, l'homme à abattre pour Israël
Mohammed Deif cultive la discrétion et il existe très peu de photos de lui.@ SIPA PRESS
Partagez sur :

PROFIL - Insaisissable, le chef de la branche armée du Hamas à Gaza aurait échappé à une nouvelle tentative d'assassinat.

Ce n'est pas un hasard si Mohammed Deif est surnommé le "chat aux neuf vies". Ce Palestinien, chef militaire du Hamas, est dans le viseur d'Israël depuis des années. Sauf que Mohammed Deif semble insaisissable : mardi soir, un raid israélien qui le visait a tué sa deuxième épouse et deux de leurs enfants, une fille de 3 ans et son frère de 7 mois, à Gaza. Mais lui aurait échappé, pour la cinquième fois, à cette tentative de liquidation.

Un statut légendaire à Gaza. Cette incroyable propension à survivre aux attaques va sans doute asseoir un peu plus son statut légendaire à Gaza. Mohammed Deif, enfant de la bande de Gaza, est en effet lié à tous les coups les plus durs portés par le Hamas à Israël. Depuis plus de dix ans, il dirige les Brigades Ezzedine al-Qassam, le bras armé du mouvement islamiste palestinien. 

Mohammed Deif, 640-640

© REUTERS

Mais cet homme, dont il n'existe que quelques clichés de mauvaise qualité, a derrière lui une longue histoire de militant clandestin, qui remonte aux années 1980. Né dans le camp de réfugiés de Khan Younès en 1965, il s'illustre d'abord en prenant la tête de l'union étudiante des Frères musulmans, giron du Hamas, à l'Université islamique de Gaza. Mohammed Deif étudie alors la biologie. Mais il se fait vite un nom au sein de la branche militaire du Hamas, dont il gravit les échelons progressivement.

>> LIRE AUSSI - La trêve brisée, huit Palestiniens tués

Surnommé "le fils de la mort". En 1989, il est arrêté par les autorités israéliennes et libéré seize mois plus tard, raconte Le Monde. A sa sortie de prison, il devient le chef de la branche sud des Brigades Ezzedine al-Qassam et les services israéliens gardent l'œil sur celui qu'ils surnomment "le fils de la mort", écrit Libération (article payant). C'est en 2002 qu'il prend la tête de cette véritable armée, après la mort de son prédécesseur, tué dans un raid israélien. 

Il faut dire qu'ils lui attribuent d'impressionnants "faits d'armes" : il serait responsable de l'enlèvement et du meurtre de soldats israéliens en 1994 et aurait conçu la campagne d'attentats contre des bus et des lieux publics à Tel Aviv et Jérusalem. Mohammed Deif a aussi contribué à faire des Brigades Ezzedine al-Qassam une véritable armée et non plus une simple milice. Pas étonnant donc que les forces israéliennes tentent de l'éliminer, mais l'homme est coriace.

>> LIRE AUSSI - En images : que reste-t-il de Gaza ?

Un homme prudent et discret. En 2002, il est touché à la tête par un tir depuis un hélicoptère, raconte Libération. L'année suivante, il échappe à un bombardement sur un immeuble où il devait se trouver avec d'autres dirigeants du Hamas et en 2006, il aurait perdu une jambe après une autre tentative d'assassinat. 

Il doit sans doute sa survie à sa grande prudence. Il refuserait ainsi d'utiliser tout matériel informatique, de crainte que cela ne permette aux Israéliens de le localiser. Il sait aussi se faire discret et se fondre dans la population. Jusqu'à surprendre sa propre famille : comme l'explique Le Monde, ce n'est qu'après la mort de son épouse, âgée de 27 ans, mardi, que certains proches et voisins ont découvert la véritable identité de celui qu'ils côtoient pourtant depuis des années. 

>> A LIRE AUSSI - Un mariage judéo-musulman sous les hurlements en Israël