Gabon : un bilan plus lourd qu’annoncé ?

  • A
  • A
Gabon : un bilan plus lourd qu’annoncé ?
Partagez sur :

Le pouvoir parle de 3 morts dans les émeutes post-présidentielles. D’autres sources évoquent un bilan deux fois plus lourd.

Combien y a-t-il eu de morts à Port-Gentil ? Trois, officiellement. Au moins six ou sept, selon d'autres sources. Et l'opposition gabonaise, qui continue de contester l’élection d'Ali Bongo, accuse désormais le pouvoir de cacher le bilan réel des violences qui ont suivi l’annonce de sa victoire.

"Nous nous en tenons au bilan de trois morts", a assuré lundi le ministère de l’Intérieur. Selon le ministre, Jean-François Ndongou, les trois personnes décédées sont un jeune pillard de 16 ans tué par la chute d'une vitrine en "cassant une boutique", un pillard tué par le propriétaire d'un magasin, et un homme dont le corps a été retrouvé dans un quartier populaire de Port-Gentil.

D’autres sources évoquent un bilan différent. Trois ONG ont rapporté le décès de Christian Onanga, président délégué de l'Association des sourds-muets du Gabon à Port-Gentil, tué "par les forces de sécurité" dans une cour. De son côté, l’AFP a recensé trois morts, dont seul un pourrait correspondre à la description du ministère de l’Intérieur.

Il y aurait donc au moins six voire sept morts : les trois décès décrits par le ministre, celui recensé par les ONG, et les trois constatés par l'AFP, dont un pourrait être l'un de ceux annoncés par le ministre. Lundi soir, l'ancien Premier ministre Jean Eyéghé Ndong, porte-parole d'un collectif d'opposants, a réclamé "la mise en place d'une commission d'enquête internationale".

A Port-Gentil, la situation a été calme pour la deuxième nuit consécutive alors que l'activité économique reprend doucement. La circulation des voitures avait repris avec la réapparition de taxis ou la reprise du trafic aérien vers la capitale économique du Gabon, où le nettoyage des rues et des dégâts occasionnés par les émeutes a commencé lundi.

Le calme revient peu à peu à Port-Gentil