G7 : un laborieux accord final dénonce le protectionnisme et appelle à réformer l'OMC

  • A
  • A
G7 : un laborieux accord final dénonce le protectionnisme et appelle à réformer l'OMC
Les dirigeants des pays du G7 se sont réunis dans un climat tendu, vendredi et samedi au Canada. @ AFP
Partagez sur :

Les dirigeants des sept pays participant au sommet organisé au Canada ont finalement signé un texte de compromis négocié de haute lutte, samedi. De nombreuses divergences demeurent pourtant entre les Etats-Unis et les six autres nations. 

"Nous avons un communiqué." L'annonce officielle est venue du Premier ministre canadien Justin Trudeau, samedi soir, après deux jours de discussions tendues entre les Etats-Unis d'un côté et l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l'Italie, le Japon et le Canada de l'autre au sommet du G7 à La Malbaie. Les dirigeants ont finalement signé un texte commun, mais de nombreuses divergences demeurent, notamment sur le commerce. 

Moderniser l'OMC et combattre le protectionnisme. Sur le plan du commerce, le texte de compromis ne règle pas le conflit actuel sur les droits de douane mais propose de nouvelles négociations. "Nous soulignons le rôle crucial d'un système commercial international fondé sur des règles et continuons à combattre le protectionnisme", peut-on lire dans le communiqué final, qui ajoute : "Nous nous engageons à moderniser l'OMC (Organisation mondiale du commerce, ndlr) afin de la rendre plus juste dès que possible. Nous ferons tout notre possible pour réduire les barrières tarifaires, les barrières non-tarifaires et les subventions".

Le communiqué répond à certaines exigences du président américain Donald Trump. Il reprend notamment le mot de "réciproque" pour le libre-échange, qui se doit d'être également "libre, équitable et mutuellement avantageux". Mais, signe que les tensions commerciale actuelles ne se sont pas apaisées, le Premier ministre canadien Justin Trudeau, l'hôte du sommet, a confirmé que son pays appliquerait bien dès le 1er juillet des droits de douane en représailles à ceux imposés par Washington à l'acier et l'aluminium.

Donald Trump sur ses positions. Emmanuel Macron, quant à lui, a également confirmé que les droits de douane décidés par l'Union européenne à l'encontre les Etats-Unis s'appliqueraient à partir de juillet. "Sur ce sujet il n'y a pas de changement, cela dépendra de si les Etats-Unis décident de revenir en arrière", a déclaré le président français au cours d'une conférence de presse.

Donald Trump lui-même, en quittant le sommet samedi matin, n'a pas adouci ses complaintes à l'égard de l'Union européenne et du Canada, tout en saluant les progrès réalisés pendant le sommet. Et il a tweeté plus tard : "Les Etats-Unis ne laisseront pas les autres pays imposer des tarifs massifs et des barrières tarifaires contre leurs agriculteurs, leurs travailleurs et leurs entreprises".



Pas d'accord sur le climat. Selon le communiqué final, les pays du G7 se sont en outre engagés à empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire. Les sept nations ne sont en revanche pas parvenus à trouver un accord sur le climat, les Etats-Unis se dissociant de la position des six autres.