Québec : Trudeau veut répondre par "l'amour et la compassion"

  • A
  • A
Québec : Trudeau veut répondre par "l'amour et la compassion"
Justin Trudeau et les chefs de l'opposition étaient attendus à Québec en fin de journée pour une veillée en hommage aux victimes.@ STR / AFP
Partagez sur :

"Face à la peur et à la haine, nous répondrons toujours par l'amour et la compassion", a lancé le Premier ministre canadien à la Chambre des députés.

Le Canada répondra à la fusillade mortelle de dimanche dans une mosquée de Québec "par l'amour et la compassion", a déclaré lundi le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

"Nous n'allons pas fermer nos esprits, nous allons ouvrir nos cœurs". "Nous n'allons pas répondre à la violence par la violence. Face à la peur et à la haine, nous répondrons toujours par l'amour et la compassion", a-t-il ajouté dans une déclaration à la Chambre des députés. "C'est un acte terroriste contre le Canada et tous les Canadiens", a dit le chef du gouvernement en évoquant la fusillade qui a fait six morts et huit blessés. "Nous sommes avec eux", a déclaré le Premier ministre à propos des plus d'un million de Canadiens de confession musulmane. "Trente-six millions de Canadiens ont aussi le cœur brisé. Je veux que ces gens sachent que nous tenons à eux (...) Ils sont ici chez eux".

"Nous n'allons pas fermer nos esprits, nous allons ouvrir nos cœurs", a-t-il promis. "Nous porterons le deuil de cette attaque dévastatrice, puis nous prendrons le chemin de la guérison ensemble, en tant que communauté, pays et famille", a ajouté le Premier ministre en affirmant que les Canadiens ne se laisseront pas "intimider".

Veillée en hommage aux victimes. Justin Trudeau et les chefs de l'opposition étaient attendus à Québec en fin de journée pour une veillée en hommage aux victimes, tous des Canadiens binationaux. Un seul des deux jeunes hommes interpellés à la suite de la fusillade meurtrière à la mosquée de Québec dimanche soir "est considéré comme suspect", a annoncé lundi la police. L'autre individu, qui a été entendu comme "témoin", a été relâché. La police et des témoins avaient d'abord indiqué dimanche soir que deux hommes cagoulés avaient ouvert le feu à l'intérieur de la mosquée au moment de la prière.