Fusillades de Copenhague : ce que l’on sait

  • A
  • A
Fusillades de Copenhague : ce que l’on sait
@ AFP
Partagez sur :

Deux fusillades ont fait deux morts samedi et dimanche dans la capitale danoise. Un homme a été abattu par la police.

Plus d’un mois après la tuerie de Charlie Hebdo, l’Histoire se répète au Danemark. Un homme a criblé de balles, à Copenhague, un centre culturel qui abritait un débat sur l'islamisme et la liberté d'expression. L’auteur d'une caricature de Mahomet et l'ambassadeur de France participaient notamment à cet évènement. On déplore un mort et trois policiers blessés. Le suspect reste en fuite.

>> MISE À JOUR - Une deuxième fusillade a éclaté dans la nuit de samedi à dimanche à Copenhague, faisant un mort et deux blessés. La police a abattu un suspect et pense qu'il s'agit de l'auteur des deux tueries. Toutes les informations ici.

Les faits. L'attaque a eu lieu vers 15h30 au centre culturel Krudttønden. La BBC a diffusé samedi soir un enregistrement sonore pris lors de ce débat. On y entend distinctement une femme tenir un discours avant d'être brusquement interrompue par plusieurs dizaines de coups de feu. Un homme âgé d’une quarantaine d’années est mort touché par des tirs. Trois policiers ont été blessés en tentant de protéger le lieu.

L’ambassadeur de France décrit un assaut brutal. Présent dans la salle, l'ambassadeur de France au Danemark, François Zimeray, a décrit un assaut brutal. "Ils nous ont tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que [l'attaque contre] Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer", a rapporté le diplomate, une heure après l’attaque.

"Intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre. On a réussi à s'enfuir de la pièce", a-t-il ajouté.

>> LIRE AUSSI - Fusillade de Copenhague : l’œuvre d'un seul assaillant, en fuite

Un seul auteur, un signalement diffusé. La police a d'abord parlé de deux assaillants présumés, ayant pris la fuite à bord d'une Volkswagen Polo. Le véhicule vide a été retrouvé quelques heures plus tard, à proximité du lieu de l'attaque et d'une gare.

14.02 tireur.1280

© DR

Puis quatre heures après l'attaque, les forces de l'ordre ont indiqué que "les premiers témoignages indiquent qu'il n'y avait qu'un auteur" des coups de feu. La police a diffusé une photo, apparemment prise dans un parking, d'un homme vêtu d'une doudoune foncée et d'un bonnet ou d'une cagoule bordeaux, avec un signalement: 25 à 30 ans, environ 1,85 m, athlétique.

>> LIRE AUSSI - Fusillade à Copenhague : la police diffuse la photo d'un suspect

Une attaque planifiée ? Outre l’ambassadeur de France, plusieurs dizaines de personnes assistaient au débat, sous protection policière. Lars Vilks, artiste suédois, a été l'objet de plusieurs menaces et d'agressions depuis la publication à l'été 2007 d'un dessin représentant le prophète Mahomet avec un corps de chien. Il ne se déplace que sous escorte.

14.02 copenhague.fusillade.1280

© AFP

Les services de renseignement de la police danoise (PET) ont indiqué que l'attaque était "planifiée". Mais la police a estimé que la question de la ou des personnes spécifiquement visées n'était "pas évidente". Les services de sécurité suédois ont précisé qu'ils restaient mobilisés au cas où les assaillants présumés traverseraient le détroit séparant Copenhague de Malmö.

Un "acte terroriste", pour les autorités danoises. Helle Thorning-Schmidt, la chef du gouvernement danois estime que cette attaque est  un "acte terroriste". "Le Danemark a été touché aujourd'hui par un acte de violence cynique. Tout porte à croire que la fusillade (...) était un attentat politique et de ce fait un acte terroriste", a affirmé la chef du gouvernement danois, Helle Thorning-Schmidt.

14.02 Helle.Thorning.Schmidt.1280

© AFP

La France condamne, Cazeneuve attendu sur place. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a condamné "avec la plus grande fermeté" cette "attaque terroriste". François Hollande a, quant à lui, exprimé à la Première ministre danoise "toute la solidarité de la France dans cette épreuve".

Son ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé qu'il allait se rendre "dans les meilleurs délais" à Copenhague. Son avion doit atterrir à la mi-journée à l’aeroport de Copenhague. Le ministre doit rencontrer son homologue danois à la justice ainsi que l’ambassadeur de France, selon un communiqué de la place Beauvau.