Fusillade de Chattanooga : le tireur était dépressif et endetté

  • A
  • A
Fusillade de Chattanooga : le tireur était dépressif et endetté
Partagez sur :

Moins d'une semaine après la fusillade de Chattanooga, aux Etats-Unis, qui a coûté la vie à cinq militaires, on en sait un peu plus sur le profil du tueur, Mohammad Youssuf Adbulazeez.

Mohammad Youssuf Abdulazeez, qui a tué cinq militaires avant d'être abattu jeudi à Chattanooga, dans le Tennessee aux Etats-Unis, était suicidaire, endetté et consommait de la drogue, selon les médias locaux qui citent un membre de sa famille. Les enquêteurs s'interrogent toujours sur les motivations du jeune homme de 24 ans. Les autorités ont évoqué un "acte de terrorisme intérieur" mais sans trouver de réelle preuve d'une éventuelle radicalisation.

Des milliers de dollars de dettes. Dans un journal intime récupéré par le FBI, Mohammad Abdulazeez avait écrit qu'il avait des tendances suicidaires et qu'il voulait "devenir un martyr", en 2013, après avoir perdu son travail en raison de sa consommation de drogue, a raconté un membre de sa famille à la chaîne ABC News. Ces derniers mois, il avait du mal à assumer son nouvel emploi, pour lequel il travaillait de nuit. Il avait commencé à prendre des somnifères régulièrement, abusait d'antidouleurs et consommait de la marijuana. Il avait plusieurs milliers de dollars de dettes, toujours selon cette même source.

La famille du tueur "attristée au plus haut point". Samedi, la famille de Mohammad Youssuf Abdulazeez a par ailleurs affirmé qu'il souffrait de dépression "depuis de nombreuses années". "Cela nous attriste au plus haut point de savoir que sa douleur s'est traduite par cet abominable acte de violence", a écrit la famille dans un communiqué cité par un journaliste de la radio NPR. "La personne qui a commis cet horrible crime n'était pas le fils que nous connaissions et aimions", ajoute-t-elle, en présentant ses condoléances aux familles des victimes et en assurant qu'elle allait continuer à coopérer avec la justice.

L'an dernier il avait passé sept mois dans de la famille en Jordanie, un point qui intéressait particulièrement les enquêteurs. Mais il semble en fait que ce soit ses parents qui l'ont envoyé là-bas pour l'éloigner de ses mauvaises fréquentations. Ses parents ont aussi essayé de le faire soigner pour une maladie mentale. Selon le proche de Mohammad Abdulazeez, celui-ci était facilement influençable.