Fusillade à Zurich : la police arrête la recherche du tireur après la découverte d'un cadavre

  • A
  • A
Fusillade à Zurich : la police arrête la recherche du tireur après la découverte d'un cadavre
Les forces de police ont découvert un cadavre mardi@ MICHAEL BUHOLZER / AFP
Partagez sur :

La police suisse arrête la recherche du tireur après la découverte d'un cadavre à proximité du lieu de la fusillade.

L'auteur d'une fusillade dans un centre de prière islamique à Zurich (nord de la Suisse), qui a fait trois blessés, a été retrouvé mort à proximité du lieu de l'agression, a indiqué mardi la police suisse. Selon les enquêteurs, il n'y a "pas de preuve d'une connexion entre le coupable et l'EI" (Etat islamique).

Le tireur retrouvé mort. "Nous considérons que la personne retrouvée morte est l'auteur de la fusillade au centre islamique de Zurich", a indiqué la police du canton de Zurich dans un tweet. Un peu plus tôt, la police avait annoncé dans un communiqué avoir arrêté la traque de l'agresseur, qui avait ouvert le feu sur un groupe de fidèles réunis dans le centre de prière islamique.

"L'auteur de la fusillade au centre islamique de Zurich lundi a été identifié. Une personne trouvée morte à proximité de la scène de crime a pu être associée au crime", avait indiqué la police cantonale. En conséquence, "les recherches ont été abandonnées", avait-t-elle ajouté. La police n'a pas donné pour l'instant de détail sur l'identité du cadavre et sur les circonstances de son décès.

Deux blessés graves. Un homme d'une trentaine d'années, entièrement vêtu de noir, la tête couverte d'un bonnet de laine, avait pénétré lundi vers 17h30 dans une salle de prière d'un centre islamique situé rue Eisgasse, près de la gare centrale de Zurich.  Il avait tiré plusieurs balles, blessant trois fidèles, dont deux grièvement, avant de prendre la fuite en direction de la gare. Les victimes sont trois hommes âgés de 30, 35 et 56 ans. On ignore pour l'heure l'identité des victimes.

Un corps retrouvé près d'une rivière. Quelques heures plus tard, la police avait retrouvé le corps sans vie d'un homme, le long d'une rivière, sous un pont situé à quelques centaines de mètres du centre islamique. Son corps avait été couvert d'un drap blanc, pour le dissimuler aux photographes. Les forces de l'ordre n'avaient toutefois pas indiqué dans l'immédiat s'il y avait un lien avec la fusillade.