François Hollande : l'administration Trump représente un "défi" pour l'Europe

  • A
  • A
François Hollande : l'administration Trump représente un "défi" pour l'Europe
@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

François Hollande a déclaré que l'administration Trump représentait un "défi" pour l'Europe. 

Le président français François Hollande a estimé vendredi que l'administration du nouveau président américain Donald Trump représentait un "défi" pour l'Union européenne, notamment en matière commerciale.

Défis sur le commerce et les conflits dans le monde. Concernant l'Europe, "parlons très franchement, il y a des défis que pose l'administration américaine par rapport aux règles commerciales, par rapport aussi à ce que doit être notre position pour régler les conflits dans le monde", a déclaré à la presse François Hollande lors d'une visite à Berlin. "Alors nous devons bien sûr parler à Donald Trump, puisqu'il a été choisi par les Américains pour être leur président, mais nous devons le faire aussi avec une conviction européenne et la promotion de nos intérêts et de nos valeurs", a ajouté le chef de l'Etat français.

Angela Merkel aussi inquiète. Dans la même veine, Angela Merkel s'est aussi inquiétée, de manière implicite, des dernières évolutions aux Etats-Unis. "Nous observons que le cadre global dans lequel nous évoluons dans le monde change de manière radicale et rapide et nous devons relever ces nouveaux défis", a-t-elle dit. Cela "concerne à la fois la défense d'une société libre, tout comme la défense du libre-échange", a ajouté la chancelière allemande.

Donald Trump veut renégocier plusieurs traités. Dès le début de sa présidence, Donald Trump a tenu sa promesse électorale de retirer les Etats-Unis du Traité de libre-échange transpacifique (TPP), une des priorités de son prédécesseur Barack Obama qui voulait en faire contrepoids à l'influence grandissante de la Chine. Le président américain entend aussi renégocier l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) et le projet d'accord commercial entre les Etats-Unis et l'Europe, déjà mal en point avant le départ de Barack Obama de la Maison Blanche, est plus qu'incertain.