Floride : fusillade devant les caméras

  • A
  • A
Floride : fusillade devant les caméras
Cette prise d'otage a été entièrement filmée par les caméras de l'établissement scolaire.@ DR
Partagez sur :

Furieux que sa femme ait été licenciée, un homme a ouvert le feu dans une école avant de se suicider.

Un homme a ouvert le feu mardi, sans faire de victime, dans une école de Floride au cours d'une réunion des autorités scolaires de la ville. Cet Américain semblait ne pas avoir supporté le licenciement de sa femme, jusque-là employée dans cet établissement.

Toute la scène a été filmée par une caméra, comme le rapporte le blog du journaliste d'Europe 1 Patrice Thomas. La vidéo montre un homme corpulent se lever quelques minutes après le début de la réunion pour aller peindre un grand "V" rouge entouré d'un cercle sur l'un des murs blancs de la salle.

Une femme s’interpose avec son sac à main

Une fois ce geste mystérieux terminé, il sort une arme de poing d'une poche de son blouson. Dans la salle prise d'effroi, plusieurs personnes partent en rampant au sol. Deux femmes assises près de l'homme se lèvent de leur chaise calmement et quittent la salle, l'air de rien.

Quelques secondes après, l'une d'elles, en tailleur blanc, revient avec son sac à main. Elle arrive discrètement derrière l'homme et assène un coup de sac à main sur le bras de l'individu. En vain : l'homme ne lâche pas son arme et la dirige sur elle, sans tirer.

Il tire sur plusieurs hommes

Quelques instants après, il tire à plusieurs reprises sur des hommes assis devant lui, sans faire de victimes, avant qu'un agent de sécurité ne lui tire dans les jambes, le faisant tomber.

Cette vidéo montre cette ‘prise d’otage’ dans son intégralité, y compris lorsque le forcené a ouvert le feu (à partir de la 5e minute)

L'homme s'est donné la mort avant d’avoir pu être interpellé par les forces de l’ordre.

L’Amérique a une nouvelle héroïne

Dans un pays qui n'aime rien tant que se fabriquer des héros, la dame au sac à main est devenue en quelques heures un mythe national. Elle a été interviewée par plusieurs chaînes de télévision et plusieurs groupes célèbrent son "acte de bravoure" sur Facebook.

"Je ne sais pas ce qui m'est passé par la tête. Il n'y avait personne dans la pièce pour nous protéger", a expliqué Ginger Littleton, à la chaîne de télévision CNN.

"Quand je suis revenue, je l'ai vu debout à l'endroit même où j'étais assise, avec devant lui les personnels alignés comme des pigeons sur un fil. Ca lui aurait pris deux secondes de tous les tuer", a-t-elle dit. "Je n'ai pas vraiment pensé que je pourrais le désarmer, juste que j'allais gagner du temps, pour que la police arrive", a-t-elle expliqué.