Film anti-islam : le casse-tête de YouTube

  • A
  • A
Film anti-islam : le casse-tête de YouTube
Un plan du film anti-islam "Innoncence od Muslims".@ CAPTURE D'ECRAN YOUTUBE
Partagez sur :

Des pays bloquent seulement la vidéo, avec l'aval de Google. D'autres empêchent tout accès.

Dans huit pays à travers le monde, plusieurs millions d'Internautes ne peuvent plus visionner le film anti-islam Innocence of Muslims qui a enflammé certaines franges de la communauté musulmane ces derniers jours. Du blocage de la seule vidéo, à l'initiative de Google, à l'interdiction pure et simple de l'accès à YouTube, sur décision des autorités, des décisions à géométrie variable ont été prises. Europe1.fr fait le point.

• Google refuse de bloquer le film à l'échelle mondiale… Pressée vendredi dernier par la Maison-Blanche, d'examiner à nouveau la vidéo anti-islam pour déterminer "si elle violait leurs conditions d'utilisation", la firme de Mountain View a campé sur sa position : deux jours plus tôt, Google, propriétaire de YouTube, avait jugé le film conforme à sa charte adoptée en 2007. "Cette vidéo, largement disponible sur Internet, est dans notre ligne de conduite et restera donc sur YouTube", a fait savoir Google.

• …mais empêche son accès en Inde, en Indonésie, en Libye, en Arabie saoudite et en Egypte. Google a toutefois pris l'initiative d'empêcher le visionnage de la vidéo dans certains pays "où elle est illégale, comme l'Inde et l'Indonésie, ainsi qu'en Libye et en Egypte du fait de la situation difficile dans ces deux pays". "Une approche parfaitement conforme aux principes que nous avons adoptés en 2007", a insisté Google. L'Arabie saoudite a été ajoutée à cette liste mercredi, après que le pays a fait part de son intention de bloquer l'accès à l'ensemble du site.

• Le Bangladesh, le Soudan, la Malaisie, le Pakistan et l'Afghanistan bloquent totalement YouTube... "Nous avons écrit dimanche à Google pour que la vidéo soit retirée de YouTube. Nous leur avons dit qu'elle pouvait inciter à la violence mais ils ne l'ont pas fait", a indiqué mardi le président intérimaire du Bangladesh qui a décidé de bloquer tout le site lundi soir. Le même scénario s'est produit au Pakistan et en Malaisie lundi. En Afghanistan, les autorités avaient ordonné dès jeudi, et "pour une durée indéterminée", la fermeture de YouTube. Au Soudan, les autorités disent avoir été "contraintes" de bloquer YouTube depuis dimanche "en raison de la diffusion de ce film anti-islam".

• ... la Russie menace de faire de même. En Russie, le parquet général a déjà dit son intention de faire interdire le film en l'inscrivant sur la liste des œuvres extrémistes.