Fermeture de la route des Balkans : "des spéculations" selon Berlin

  • A
  • A
Fermeture de la route des Balkans : "des spéculations" selon Berlin
Des centaines de milliers de migrants empruntent la route des Balkans pour traverser l'Europe. @ BULENT KILIC / AFP
Partagez sur :

Aucune décision n'est encore arrêtée, a assuré a porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel, lors du sommet européen qui se déroule à Bruxelles.

La route des Balkans empruntée par des centaines de milliers de migrants sera-t-elle fermée ? Le projet de déclaration finale du sommet européen qui se déroule à Bruxelles semblait aller dans ce sens, mais la porte-parole d'Angela Merkel a expliqué qu'aucune décision n'était arrêtée. "J'ai pris connaissance de ces informations, qu'on spécule sur une fermeture de la route des Balkans. Mais je veux dire qu'à l'heure actuelle il s'agit de spéculations. Les négociations, les discussions sont en cours et il faut attendre", a déclaré une porte-parole d'Angela Merkel, Christiane Wirtz, lors d'un point presse régulier à Berlin.

Des migrants sur la route quotidiennement. Elle a jugé qu'il faudra attendre la fin du sommet et écouter la chancelière pour savoir "si elle a signé ou pas signé quelque chose". La porte-parole était interrogée sur un projet de déclaration finale du sommet qui exprimerait la volonté de fermer cette route qu'empruntent les migrants depuis la Turquie jusque dans le nord de l'Europe. "Le flux des migrants irréguliers le long des Balkans occidentaux arrive à son terme. Cette route est désormais fermée", est-il écrit dans ce texte. Le porte-parole du ministère allemand de l'Intérieur, Tobias Plate, a laissé entendre lors du même point de presse qu'il était difficile de décréter la fermeture de la route des Balkans dans la mesure où des réfugiés continuent à l'emprunter actuellement pour venir notamment en Allemagne.

Un flux de migrants en diminution. "Le fait est que la route des Balkans est empruntée par de nombreuses personnes", a-t-il dit, parlant d'un volume de passages quotidien à la frontière entre l'Autriche et l'Allemagne "à trois chiffres" en moyenne, donc en centaines de personnes. Ceci représente néanmoins "moins de gens" que ces derniers mois, a ajouté le porte-parole. Il a souligné que le gouvernement allemand avait l'intention de continuer à respecter "ses obligations internationales" d'accueil des personnes persécutées et demandant protection en Allemagne. Selon les quotidiens allemands Süddeutsche Zeitung et Bild, citant des sources diplomatiques à Bruxelles, Angela Merkel et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker sont tous les deux opposés à la formulation du projet de communiqué sur une fermeture de la route des Balkans.

Des frontières fermées dans les Balkans. Les 28 et la Turquie se sont retrouvés à Bruxelles lundi pour un nouveau sommet censé déboucher sur une solution durable à la crise migratoire, alors que les pays européens se déchirent depuis des mois sur la réponse à apporter. Les pays des Balkans ont largement fermé leurs frontières aux migrants, si bien que des dizaines de milliers d'entre eux sont coincés en Grèce après avoir traversés la mer Egée en provenance de Turquie. L'Allemagne, isolée en Europe, plaide pour une répartition équitable des réfugiés à une meilleure protection des frontières extérieures de l'UE et une lutte accrue contre les passeurs tout en s'opposant à des mesures nationales pour limiter le flot migratoire. La chancelière allemande est de plus en plus critiquée dans son pays pour sa politique d'accueil des réfugiés, alors que 1,1 million de demandeurs d'asile ont été enregistrés en 2015.