Fan du "dépeceur de Montréal"

  • A
  • A
Fan du "dépeceur de Montréal"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

LES HISTOIRES D'@ - Destiney St Denis a 21 ans. Et rêve d'aller rencontrer Luka Magnotta en prison.

On n’est pas sérieux quand on a 21 ans… Prenez Destiney Danille St Denis. Elle aurait pu être fan de Johnny Depp (il vient de rompre avec Vanessa Paradis, ça tombe bien). Mais non, elle a préféré lancer une page de fans sur Facebook à la gloire de Luka Rocco Magnotta. Luka Rocco Magnotta, « le dépeceur de Montréal ».

Destiney Danille St Denis, qui vit dans la ville de Saskatoon, perdue au beau milieu du Canada,  aurait pu rester dans l’ombre, se contentant de gérer une petite communauté de 88 membres. Petite mais active. Elle a choisi de se montrer, acceptant de répondre aux questions du National Post, un journal canadien, la patrie de Luka Rocco Magnotta.

Pourquoi donc cette passion pour le « dépeceur de Montréal » ? « J’aime Luka Magnotta parce qu’il donne de l’inspiration, parce qu’il ose être lui-même, il est sympa et très, très mignon », argumente Destiney Danille St Denis. Et la jeune femme de préciser qu’elle a déjà vu 20 fois la vidéo dans laquelle le tueur achève et dépèce un étudiant chinois, cette vidéo qu’il vaut mieux ne pas voir sous peine de ne pas parvenir à l’oublier.

« Si quelqu’un est une victime dans cette affaire, c’est Luka », insiste Destiney Danille St Denis. Qui n’a donc aucun message particulier de compassion à adresser à la famille de la victime. « J’espère que tu vas le rencontrer et qu’il va te découper en petits morceaux comme tu le mérites, p*** », lui balance un « ami » sur Facebook.

Reste que Destiney Danille St Denis n’est pas seule sur le Web. Plusieurs autres pages de fans ont été créées au cours des dernières semaines. Certains internautes disent qu’ils l’aiment, d’autres qu’ils veulent faire l’amour avec lui, d’autres encore qu’ils vont se faire un tatouage à sa gloire, résume le National Post. Sur la page animée par Destiney Danille St Denis, les fans s’organisent désormais pour lui envoyer du courrier et pourquoi pas lui rendre visite au centre de détention Rivière-des-Prairies. Un joli nom pour une triste expédition.