Russie : onze morts dans une explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg

  • A
  • A
Russie : onze morts dans une explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg
Les habitants ont rendu hommage dans la soirée aux victimes de cette explosion.@ Vasily MAXIMOV / AFP
Partagez sur :

Une explosion s'est produite lundi en début d'après-midi dans un métro de Saint-Pétersbourg, faisant onze morts et de nombreux blessés. La piste terroriste est privilégiée.

L'ESSENTIEL

Une explosion s'est produite lundi dans le métro de Saint-Pétersbourg. Onze personnes ont été tuées et une quarantaine d'autres blessées, selon la commission nationale antiterroriste. Une enquête a été ouverte pour "acte terroriste". 

Les infos à retenir :

  • Onze personnes ont été tuées et 47 autres blessées par une explosion entre deux stations de métro de Saint-Pétersbourg

  • Une bombe a été découverte et désamorcée dans une autre station de métro de la ville

  • Une enquête a été ouverte pour "acte terroriste" 

  • Le bilan : onze morts et 47 blessés.

Le ministère russe des Situations d'urgence a dressé le bilan de onze morts et 47 blessés. Des images des blessés ont été diffusées sur Twitter, mais aussi de l'une des portes d'un wagon du métro totalement éventrée. 

  • L'enquête : la piste terroriste privilégiée

Une enquête a été ouverte pour "acte terroriste", a indiqué le Comité d'enquête russe, précisant que "toutes les autres pistes" seraient examinées. Des enquêteurs se sont rendus sur place pour déterminer les circonstances de l'explosion.

  • Les faits : une explosion entre deux stations de métro

L'explosion meurtrière a eu lieu à 14h40 locales (13h40 heure française), selon les services secrets (FSB), dans une rame de métro qui se trouvait entre deux stations fréquentées du centre-ville de Saint-Pétersbourg, Place-Sennaïa et Institut de Technologie. Les images diffusées sur les réseaux sociaux et par les télévisions russes ont montré une rame de métro soufflée, et de nombreux voyageurs tentant de sortir des victimes des décombres.

L'agence Interfax précise que des engins remplis de shrapnel (des obus à balles, ndlr) ont été utilisés. Une source au sein de la police a évoqué des engins explosifs artisanaux et de faible puissance. De son côté, la commission antiterroriste parle d'un engin explosif non identifié.

graphique-st-petersbourg

Une bombe désamorcée dans une autre station. Une bombe artisanale a par ailleurs été découverte dans une autre station de métro de la ville, Place-Vosstanïia, à quelques kilomètres des deux autres stations. Cette source a indiqué que la bombe a été "désamorcée à temps", a précisé la commission nationale antiterroriste.

Renforcement des mesures de sécurité. Les autorités ont annoncé le renforcement des mesures de sécurité dans le métro de Moscou et les aéroports. Après plusieurs heures de fermeture complète, le réseau métropolitain de Saint-Pétersbourg a recommencé à fonctionner dans la soirée, à la veille de la première des trois journées de deuil décrétées dans l'ancienne capitale impériale.

Vladimir Poutine, qui se trouvait à Saint-Pétersbourg pour participer à une rencontre avec des journalistes russes, a présenté ses condoléances aux victimes et s'est rendu sur place en fin de soirée. Le président russe, qui ne s'est pas exprimé, a déposé un bouquet de fleurs rouges devant l'entrée de la station Tekhnologuitcheski Institout, où s'est arrêté le train frappé par une explosion plus tôt dans la journée.

poutine-1280

Vladimir Poutine a déposé des fleurs devant la station de métro où a eu lieu l'explosion. Photo : @STR / AFP

La Russie se savait sous la menace. La Russie n'a pas été aussi durement touchée depuis l'explosion en plein vol le 31 octobre 2015 d'un vol reliant l'Égypte à la Russie avec 224 personnes à bord, un attentat revendiqué par l'EI. Depuis, plusieurs attaques ont touché les instables républiques russes du Caucase et les services de sécurité russes avaient annoncé à plusieurs reprises avoir démantelé des cellules djihadistes s'apprêtant à frapper Moscou et Saint-Pétersbourg.