Évasion massive aux Philippines après l'attaque d'une prison

  • A
  • A
Évasion massive aux Philippines après l'attaque d'une prison
Police et armée ont lancé une vaste opération pour retrouver les assaillants islamistes ainsi que les évadés. Image d'illustration.@ LANCE CPL. COLBY COOPER / US MARINE CORPS / AFP
Partagez sur :

Plus de 150 détenus ont profité de cette attaque orchestrée par un groupe islamiste désireux de libérer ses membres emprisonnés. 

Des activistes islamistes ont attaqué dans la nuit une prison du sud des Philippines, provoquant une évasion massive de plus de 150 détenus, a annoncé mercredi un responsable de ce centre de détention.

Deux heures de combat. Menée par une centaine d'hommes armés en nombre largement supérieurs aux gardiens, cette attaque a entraîné deux heures de combat à la prison de North Cotabato. Un gardien a été tué. "Ils cherchaient à libérer leurs camarades en détention", a déclaré à la chaîne ABS-CBN un des surveillants, Peter John Bonggat. "Les autres détenus ont saisi leur chance en raison de l'importance de la fusillade. Ils ont utilisé leurs lits, les ont empilés pour pouvoir s'enfuir", a-t-il poursuivi.

En pleines négociations de paix. Cette attaque a été menée par une faction dissidente du Front Moro de libération nationale (MNLF), le groupe avec lequel le gouvernement mène actuellement des négociations de paix, a-t-il dit. L'armée et la police n'ont pas souhaité se prononcer sur l'identité ou le mobile des assaillants, mais ont précisé qu'une vaste opération avait été lancée pour les retrouver, et pour remettre la main sur les évadés.

Un précédent en août. L'île de Mindanao, dans le sud de l'archipel, est depuis des décennies le théâtre de rébellions islamistes armées. Certains groupes insurgés ont prêté allégeance à l'organisation djihadiste État islamique (EI). En août, des combattants du groupe Maute avaient lancé une audacieuse attaque contre une autre prison du Sud, libérant huit de leurs membres. 15 autres détenus en avaient profité pour se faire la belle.