Primaires américaines : Trump tout proche de l'investiture

  • A
  • A
Primaires américaines : Trump tout proche de l'investiture
Donald Trump n'a plus d'adversaire sur la route de l'investiture républicaine pour la présidentielle.@ JEWEL SAMAD / AFP
Partagez sur :

Après sa victoire mardi, le magnat de l'immobilier est désormais quasiment sûr de devenir le candidat républicain à la présidentielle de novembre.

Donald Trump est devenu mardi le candidat probable du parti républicain à l'élection présidentielle américaine de novembre. Avec 53% des voix, il a en effet remporté la primaire de l'Indiana. Son principal rival, le sénateur du Texas Ted Cruz, qui n'a obtenu que 37% des voix, a décidé d'abandonner.

Clinton dans le viseur. "Cette année a été incroyable, je n'avais jamais vécu ça, mais c'est une chose belle, une chose belle à contempler, et nous allons rendre à l'Amérique sa grandeur", a déclaré Donald Trump lors d'un discours à la tour Trump, à New York, entouré de sa famille. "Nous nous attaquons maintenant à Hillary Clinton. Elle ne peut pas être une bonne présidente." "Nous allons gagner en novembre", a-t-il aussi promis à ses partisans

Appel à l'union. Son principal rival, Ted Cruz, a lui décidé de jeter l'éponge. "Nous avons tout donné, mais les électeurs ont choisi une autre voie. Et c'est le cœur lourd, mais avec un optimisme sans limite pour l'avenir de notre pays, que nous suspendons notre campagne", a déclaré le sénateur du Texas lors d'un discours à Indianapolis, après sa défaite cinglante. "Nous devons nous unifier", a de son côté proposé Donald Trump. Le président du parti républicain a immédiatement appelé au rassemblement autour de Donald Trump, le qualifiant de "candidat présumé". "Nous devons tous nous rassembler pour battre Hillary Clinton", a écrit Reince Priebus sur Twitter.



Échec du mouvement anti-Trump. Moins d'un an après son entrée en campagne, l'homme d'affaires populiste a achevé sa prise de contrôle du parti républicain, dont rien ne l'empêche désormais de porter les couleurs à la présidentielle, vraisemblablement contre la démocrate Hillary Clinton. Le mouvement anti-Trump a échoué à endiguer ce populiste sans expérience politique, qui a brisé tous les codes pour battre ses 16 adversaires initiaux, conservateurs comme modérés.