États-Unis : un Sikh blessé par balle près de Seattle

  • A
  • A
États-Unis : un Sikh blessé par balle près de Seattle
Le tireur est toujours recherché par la police@ JAMIE SQUIRE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

L'agresseur a dit à l'homme de 39 ans "Retourne dans ton pays" avant de lui tirer dessus. 

Les autorités enquêtent sur une attaque lors de laquelle un Sikh a été blessé par balle à Seattle, dans le Nord-Ouest des États-Unis, a rapporté samedi le quotidien local Seattle Times.

"Retourne dans ton pays". Cet homme âgé de 39 ans, dont l'identité et la nationalité n'ont pas été communiquées, entretenait sa voiture vendredi soir devant son domicile à Kent, près de Seattle, dans l'État de Washington, lorsqu'un homme masqué et armé s'est approché. Après avoir échangé des propos avec le Sikh, l'homme lui a dit "Retourne dans ton pays" et a tiré sur lui, le blessant au bras, puis a pris la fuite, a indiqué le Seattle Times. La police recherche le tireur et traite l'affaire comme un crime motivé par l'intolérance.

La victime et sa famille sont très choqués. Jasmit Singh, un dirigeant de la communauté sikhe de Seattle, a déclaré au Seattle Times que la victime était sortie de l'hôpital. "Lui et sa famille sont très choqués", a-t-il dit. "Nous nous demandons tous ce qu'il se passe", a déclaré Jasmit Singh. "Le climat de haine qui a été créé n'épargne personne".

"Un climat de haine". Il se référait apparemment à une série d'incidents violents liés à l'intolérance survenus récemment aux États-Unis, en particulier une attaque contre deux ressortissants indiens commise fin février dans le Kansas, dans le centre du pays. Un homme blanc a tiré sur les deux Indiens dans un bar de Kansas City, tuant l'un et blessant l'autre. Selon un témoin, le tireur a insulté les deux hommes avant d'ouvrir le feu et a crié "Sortez de mon pays". Il se serait vanté d'avoir tué "deux Iraniens" peu avant d'être arrêté par la police. L'attaque a eu un retentissement national. La Maison Blanche a condamné un acte "motivé par la haine raciste".