États-Unis : un policier tué, six blessés par un forcené armé

  • A
  • A
États-Unis : un policier tué, six blessés par un forcené armé
Les policiers étaient intervenus pour régler des "troubles à l'ordre public" (image d'illustration) @ SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Un homme armé d'un fusil a tiré sur des policiers qui se sont présentés à son domicile dimanche, faisant un mort et six blessés dans la banlieue de Denver.

Un policier a été tué et six personnes ont été blessées aux États-Unis dimanche par un forcené armé qui s'était retranché dans un appartement, dans un quartier résidentiel de la banlieue de Denver, et qui a été tué lui aussi.

Une embuscade. Les policiers sont intervenus vers 5 heures du matin (11 heures à Paris) pour régler des "troubles à l'ordre public" dans une résidence située à Highlands Park, à une vingtaine de kilomètres du centre de Denver (Colorado, ouest), a indiqué le shérif du comté de Douglas, Tony Spurlock, au cours d'une conférence de presse.

Alertés par un voisin qui se plaignait de tapage nocturne, cinq policiers se sont présentés à la porte de l'appartement, qui leur a été ouverte. "On leur a tiré dessus très très vite. Ils sont tombés à quelques secondes d'intervalle", a précisé le shérif, qui a qualifié les faits d'"embuscade".

fusillade Denver crédit : Valentina BRESCHI / AFP

Un policier criblé de balles. Quatre policiers blessés ont réussi à s'éloigner de l'angle de tir du forcené mais Zack Parrish, 29 ans, est resté au sol, inanimé. Son corps criblé de balles a été récupéré deux heures plus tard par des renforts qui ont tué le forcené après un nouvel échange de tirs, a raconté le shérif. Le jeune policier tué était marié et père de deux jeunes enfants, a-t-il ajouté. La fusillade a fait aussi deux blessés parmi les habitants de l'immeuble, selon le shérif.

Des motivations encore inconnues. La police a d'abord fait état d'une dispute familiale, mais il s'est avéré que le forcené partageait son appartement avec un colocataire, qui n'a pas été impliqué ni blessé et qui coopère avec les autorités. Les policiers avaient été appelés lorsque des coups de feu avaient été tirés depuis l'immeuble. Le shérif du comté avait dépêché un groupe d'intervention lourdement armé ainsi qu'une équipe de démineurs.

Le shérif n'a pas précisé l'identité du forcené, mais il a dit qu'il était armé d'un fusil et qu'il avait tiré plus de 100 cartouches. Il n'a pas précisé si l'arme était automatique. Tous les policiers étaient équipés de caméras fixées sur leur uniforme, ce qui devrait faciliter l'enquête.

L'un des plus lourds bilans pour la police. Le bilan parmi les forces de l'ordre est l'un des plus lourds depuis une fusillade au cours de laquelle cinq policiers avaient été tués et plusieurs autres blessés en juillet 2016 à Dallas, au Texas (sud) par un homme qui se disait outré par les violences policières contre les Noirs.

Donald Trump a présenté sur Twitter ses "sincères condoléances" à la famille du policier tué. "On adore notre police et nos forces de l'ordre - Que Dieu les bénisse tous !", a-t-il tweeté.