Etats-Unis : l'ouragan Florence a touché terre sur la côte atlantique

  • A
  • A
Partagez sur :

L'ouragan Florence a touché terre vendredi en Caroline du Nord, accompagné de vents allant jusqu'à 150 km/h. 

L'ouragan de catégorie 1 Florence, qui devrait provoquer des inondations "catastrophiques" selon les autorités, s'est abattu vendredi matin sur la côte atlantique des Etats-Unis, a annoncé le Centre national des ouragans (NHC).

Des vents à 150 km/h. "L'ouragan  Florence a touché terre près de Wrightsville Beach, en Caroline du Nord, à 7h15 (12h15 en France) avec des vents maximum estimés à 150 km/h", a-t-il indiqué dans un tweet. L'impact de l'ouragan a été précédé par des vents violents tourbillonnants qui ont commencé à souffler peu après 5h locales (10h en France), projetant des trombes d'eau dans tous les sens et faisant s'envoler débris et panneaux de signalisation.

Risques de crues soudaines ce week end. La ville portuaire de Wilmington, en Caroline du Nord, s'était réveillée au son de plusieurs détonations, possiblement de transformateurs électriques ayant explosé. L'ouragan reste dangereux même s'il a été rétrogradé en catégorie 1 sur l'échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq, a averti le NHC. Il doit décharger vendredi ses pluies torrentielles pendant de longues heures avant de s'enfoncer samedi à l'intérieur des terres, accentuant le risque d'inondations et de crues soudaines, selon la météo américaine. Florence "se déplace vers l'ouest à 9 km/h", a précisé le Centre des ouragans dans son dernier. "Un affaiblissement graduel est prévu plus tard aujourd'hui et ce soir".

Des centaines de personnes bloquées chez elles. En Caroline du Nord, près de 300.000 foyers étaient déjà privés d'électricité, et les services d'urgence tentaient de secourir des centaines de personnes bloquées chez elles par des inondations dans la ville de New Bern. "Cette tempête sera destructrice", a prévenu le gouverneur de Caroline du Nord Roy Cooper. "Des effets catastrophiques seront ressentis". "Le plus important, c'est l'eau, avait affirmé jeudi Steve Goldstein, responsable de l'Agence fédérale océanique et atmosphérique (NOAA), alors que les vagues portées par la marée ont commencé à submerger le rivage en soirée. "La menace des vents s'est un peu éloignée mais cela reste un ouragan très dangereux et puissant". Environ 1,7 million de personnes ont été sommées de se mettre à l'abri, loin du littoral.