États-Unis : quand le porte-parole de la Maison-Blanche envoie deux tweets mystérieux

  • A
  • A
États-Unis : quand le porte-parole de la Maison-Blanche envoie deux tweets mystérieux
Sean Spicer ne s'est pas exprimé sur ces deux mystérieux messages@ SAUL LOEB / AFP
Partagez sur :

Ces tweets ratés n'ont pas échappé aux internautes qui les ont immortalisés et immédiatement détournés.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, s'est illustré deux fois sur Twitter à seulement 24 heures d'intervalle. Il a envoyé deux messages assez énigmatiques, constitués de chiffres et de lettres, à la manière d'un mot de passe. 

"Aqenbpuu" ? Le mercredi 25 janvier, il a tweeté "Aqenbpuu". Un message mystérieux qui pourrait être un mot de passe ou un message envoyé par inadvertance dans sa poche. Mais avec les systèmes sophistiqués de déverrouillage des smartphones, cette seconde hypothèse semble peu probable. Sean Spicer a rapidement supprimé ce message mais les twittos l'ont pris de vitesse en faisant des captures d'écran.

Un message détourné par certains internautes. "Melania [Trump], nous devons partir d'ici. L'endroit n'est pas sûr. Il a perdu la tête. Retrouvez-moi à l'entrée sud ce soir à 11h30 et prenez votre passeport. Nous prendrons un Uber vers DCA [l'aéroport de Washington] et nous nous enfuiront loin de lui avant qu'il ne nous enferme", peut-on lire dans une traduction imaginaire.



Mot de passe Twitter ou code atomique ? Le lendemain, le porte-parole s'est fendu d'un "n9y25ah7". Une combinaison de chiffres et de lettres qui ressemble aussi à un mot de passe mais sans pouvoir réellement le déterminer. Toujours est-il que la longueur (6 caractères maximum) correspond aux critères de Twitter. Mais s'il s'agit bien d'un mot de passe, certains twittos ont relevé qu'il n'était pas très sécurisé puisqu'il ne contient aucune lettre majuscule. Néanmoins le site américain Gizmodo, précise qu'il vaut mieux ne pas tester ce mot de passe puisque cela relèverait de la loi sur la fraude et l'abus d'ordinateur (CFAA). 

Sans explication de la part de Sean Spencer, des internautes ont tenté de trouver une autre signification à ce tweet : le code de la porte d'entrée de la Maison-Blanche ou bien le code de lancement de la bombe atomique. "Sean Spicer se réveille, regarde sa to-do list. 'Ah numéro 1, envoyer dans un message privé les codes nucléaires à POTUS [nouveau compte Twitter de Donald Trump]... et c'est fait...'", peut-on lire.