Etats-Unis : Gingrich jette l'éponge

  • A
  • A
Etats-Unis : Gingrich jette l'éponge
@ REUTERS
Partagez sur :

Le conservateur a annoncé mercredi qu'il se retirait de la course à l'investiture républicaine.

Newt Gingrich rend les armes. L'ancien président de la Chambre des représentants américaine a annoncé mercredi qu'il abandonnait la course à l'investiture républicaine en vue de la présidentielle du 6 novembre, promettant toutefois de conserver un rôle de "citoyen actif". Mitt Romney se trouve désormais avec un boulevard largement ouvert devant lui pour aller affronter le démocrate Barack Obama.

"Aujourd'hui, je suspends ma campagne. Mais suspendre ma campagne ne veut pas dire suspendre ma citoyenneté", a-t-il indiqué dans un discours à Arlington, dans la banlieue de Washington.

"Ce n'est pas un choix entre Romney et Reagan"

A l'occasion de cette annonce, Newt Gingrich, âgé de 68 ans, a laissé entendre qu'il apporterait son soutien à Mitt Romney, bien qu'il se soit montré très critique à son égard lors de la campagne, le jugeant notamment pas assez conservateur.

"Ce n'est pas un choix entre Mitt Romney et Ronald Reagan. C'est un choix entre Mitt Romney et le plus radical, le plus à gauche de tous les présidents de l'histoire américaine", a-t-il ainsi lancé  en évoquant le président démocrate sortant Barack Obama.

"Lorsqu'il (Newt Gingrich) affirme être dans une période de transition, il veut dire qu'il essaie de savoir, en tant que citoyen, comment il peut aider activement Mitt Romney à devenir président", a également rapporté CNN, en citant une source sous couvert d'anonymat.

Nouvelle victoire de Romney

Cette décision intervient après la large victoire de Mitt Romney dans cinq Etats du nord-est, la semaine dernière, à l'issue de laquelle il s'est posé en candidat quasi-investi par son parti pour la présidentielle de novembre.

Mitt Romney a en effet déjà empoché 683 des 1.144 délégués nécessaires pour décrocher l'investiture, selon le site RealClearPolitics. Si les victoires de mardi soir lui garantissent la quasi-totalité des 231 délégués de ces cinq Etats, le chiffre "magique" pour décrocher l'investiture n'est pas encore atteint. Selon les experts, le candidat pourrait y arriver d'ici la fin du mois de mai.

Voie royale pour Romney

La défection de Newt Gingrich mercredi est la seconde en moins d'un mois, après celle de Rick Santorum le 10 avril.

Il ne reste plus désormais que deux candidats en lice pour l'investiture républicaine, Mitt Romney et le représentant du Texas Ron Paul. Plus guère de doutes ne restent quant à la victoire de Mitt Romney dans cette primaire qui s'achèvera lors de la convention nationale du parti à Tampa, fin août.