Etats-Unis et Russie peinent à trouver un accord sur la Syrie

  • A
  • A
Etats-Unis et Russie peinent à trouver un accord sur la Syrie
@ AFP
Partagez sur :

DIPLOMATIE - Les deux puissances négocient depuis deux jours un accord de coopération mais les discussions auraient été ralenties par une volte-face russe.

Bien qu'ils aient des vues opposées sur le conflit syrien, la Russie et les Etats-Unis sont obligés de s'entendre pour éviter de se télescoper sur le terrain. Les deux Etats négocient donc depuis des semaines un accord de coopération et pensaient avoir trouvé un compromis dimanche matin. Las, les Américains ont déclaré dimanche que la Russie "a reculé" sur certains points. Les deux parties vont chacune faire le point avant de se retrouver dimanche.

Que négocient la Russie et les Etats-Unis ? Les discussions portent sur "une cessation des hostilités large et importante". Le document, que l'agence Reuters s'est procuré, prévoit notamment un cessez-le-feu dans l'ensemble du pays, la levée du blocus d'Alep et la démilitarisation de la région située au nord de cette ville. Sauf que si les deux puissances ont en commun d'effectuer des frappes contre les djihadistes, un sujet les oppose radicalement : le sort du président syrien Bachar Al Assad. Si Moscou tient à défendre son allié, Washington estime que son départ est une condition indispensable à la résolution du conflit. La Russie affirme également qu'il reste de déterminer quel groupe de combattants fait partie de l'opposition à Bachar al-Assad dite "modérée" et quel groupe est djihadiste.

Où en sont les négociations ? Les discussions se sont intensifiées ces derniers, faisant espérer un accord imminent. Vendredi, Vladimir Poutine avait estimé que Moscou et Washington pourraient parvenir "bientôt" à un accord. "Nous avançons petit à petit dans la bonne direction", avait-il déclaré, selon des propos diffusés par le Kremlin. En face, Barack Obama avait estimé que cela "valait le coup d'essayer" malgré "une dose de scepticisme".

Un compromis semblait avoir été trouvé dimanche matin, mais "les Russes ont reculé sur des points où nous pensions pourtant nous être mis d'accord, donc nous nous retournons vers nos capitales respectives pour consultation", a déclaré sous couvert de l'anonymat un haut responsable du Département d'Etat présent au G20 de Hangzhou. Néanmoins, a-t-il indiqué, les chefs de la diplomatie des deux pays -le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue russe Sergeï Lavrov- se rencontreront à nouveau lundi matin en marge du sommet du G20.

Quelle est la situation en Syrie ? L'alliance de combattants kurdes et arabes a permis de faire reculer l'organisation Etat islamique et de reprendre la ville de Minbej, non loin de la frontière turque. Mais annonçant vouloir avancer pour relier leurs deux autres "cantons" dans le nord de la Syrie, Kobane et Afrine, cette coalition a provoqué le courroux de la Turquie. Cette dernière est intervenue dans le nord de la Syrie fin août et cible autant l'EI que les combattants kurdes, obligés de reculer.

Dans le même temps, les forces du régime sont en train de restaurer le blocus d'Alep, soutenues par des combattants chiite du Hezbollah et iraniens, ainsi que des instructeurs russe et leur aviation. Et pour ne rien arranger, les Etats-Unis ont déclaré dimanche avoir déployé un nouveau système de lance-roquettes mobiles pour viser l'EI.