Etats-Unis : fausse alerte à la fusillade dans un quartier de Washington

  • A
  • A
Etats-Unis : fausse alerte à la fusillade dans un quartier de Washington
Le quartier de Navy Yard a été temporairement bouclé après des informations faisant état d'une fusillade@ AFP/MLADEN ANTONOV
Partagez sur :

La police était à la recherche d'un éventuel tireur dans le quartier de Navy Yard de la capitale américaine. Après quelques heures de recherche, les autorités ont conclu à une fausse alerte.

Des dizaines de véhicules de police et des dizaines d'officiers ont bouclé un quartier entier de la capitale des Etats-Unis jeudi matin. Tous les employés ont été dirigés vers des abris après des informations faisant état d'une fusillade dans la zone de Navy Yard. Des agents en tenue d'intervention, avec casques et gilets pare-balles, et un hélicoptère étaient à la recherche d'un éventuel tireur, avant que la police ne confirme qu'il s'est agit d'une fausse alerte.

Le souvenir d'une fusillade. Selon les médias locaux, la police a été déployée après un appel téléphonique faisant part de coups de feu dans un bâtiment administratif de l'armée. En 2013, ce même endroit avait été le théâtre d'une fusillade qui avait fait 13 morts et huit blessés. L'information de nouveaux coups de feu a donc une résonance particulière dans ce quartier. "Cela fait resurgir de mauvais souvenirs pour les habitants du quartier", a indiqué une journaliste du Washington Post. Aaron Alexis s'était rendu au Navy Yard et avait tué 12 personnes avant d'être abattu par la police. Selon le FBI, il souffrait de troubles mentaux et était persuadé depuis des mois qu'il était le jouet d'ondes électromagnétiques.

Une probable fausse alerte. Interrogé sur CNN, un militaire présent dans les locaux jeudi, et qui était déjà là lors de la fusillade de septembre 2013, a indiqué n'avoir rien entendu de particulier : "Contrairement à l'autre fois nous n'avons entendu aucun coup de feu ni rien de ce genre", a dit le lieutenant Scott Williams. "Nous n'avons vu aucune trace de lutte, nous avons juste entendu quelqu'un crier de sortir du bâtiment et de rester à l'écart de la cafétéria, alors nous nous sommes mis à l'abri", a-t-il poursuivi. Selon le Washington Post, il est possible qu'une personne ait été effrayée par un bruit soudain dans un quartier où les grues et les marteaux piqueurs sont très nombreux.

La sécurité a également été renforcée aux abords de la Maison-Blanche, où la circulation a été interdite. Cet incident intervient à la veille du week-end du 4 juillet, pour lequel les autorités ont accru les mesures de sécurité en raison de craintes d'attentats en marge des célébrations de la fête de l'Indépendance.