Et si l’Autriche élisait un président d’extrême droite ?

  • A
  • A
Et si l’Autriche élisait un président d’extrême droite ?
@ GEORG HOCHMUTH / APA / AFP
Partagez sur :

Norbert Hofer, du parti d’extrême droite FPÖ, semble favori pour le second tour du scrutin qui se tient dimanche.

Dimanche, les électeurs se rendront aux urnes pour un second tour de l’élection présidentielle dont les partis démocrates et conservateurs ont été éjectés, dès le premier tour. Ainsi le match se disputera entre Norbert Hofer, du parti d’extrême droite FPÖ et l’écologiste Alexander Van der Bellen. Mais c'est bien le premier qui part avec une légère avance. 

"Ce n’était pas devenu une dictature"

Le FPÖ a terminé en tête du premier tour, le 24 avril dernier, avec 35% des voix pour Norbert Hofer, confirmant la solide implantation du parti dans le pays. Mais l’arrivée de ce président d’extrême droite au pouvoir, "ne modifiera pas la nature républicaine autrichienne", tempère Jean-Yves camus, spécialiste de l’extrême droite, interrogé par Europe 1.  

"On l’a vu en 2000 lorsque le parti de Jörg Haider est entré dans le gouvernement de coalition des conservateurs cela n’avait pas transformé la nature de l’Etat autrichien. Ce n’était pas devenu une dictature", fait-il remarquer. Mais le spécialiste ne sous-estime pas la portée symbolique de cette élection : "c’est un tremblement de terre politique si Norbert Hofer est élu".

Pour le politologue, il faut déjà tirer les leçons du premier tour, sur la place des partis "traditionnels". Les partis sociaux-démocrates et conservateurs qui gouvernent actuellement le pays, ont été éjectés dès le premier tour du scrutin, traduisant le désir des électeurs de bousculer le jeu politique traditionnel. "Quel que soit le résultat du second tour, ce résultat-là restera un désastre", estime Jean-Yves Camus.

"On n’est pas à l’abri de voir un président empoisonner la vie de la majorité présidentielle"

Autre point soulevé par le spécialiste : le comportement qu’adoptera Norbert Hofer s’il accède à la présidence. Si traditionnellement le président autrichien a des pouvoirs limités, la fonction pourrait être modifiée par le nouvel élu.

"Norbert Hofer a les idées assez arrêtées sur la pratique présidentielle qu’il souhaite avoir. Le président a tout de même le pouvoir de nomination du Premier ministre. On n’est pas à l’abri de voir un président empoisonner la vie de la majorité parlementaire", prévient Jean-Yves Camus. Le président pourrait donc renvoyer le gouvernement et provoquer des élections législatives anticipées si la situation devait se tendre.

Jean-Marc Ayrault "inquiet"

L’arrivée de l’extrême droite à la présidence effraye les voisins européens de l’Autriche. Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault s'est dit, mercredi, "inquiet". L'arrivée d'un chef de l'Etat, voire d'un exécutif d'extrême droite dans un pays européen, interviendrait alors que l'Union européenne peine déjà à se mettre d'accord pour gérer l'afflux de réfugiés. "On a là, liées à la crise migratoire, des situations politiques qui sont lourdes de conséquences", a rapporté, cette semaine, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

Dimanche, pour le deuxième tour de l'élection présidentielle autrichienne, le duel s'annonce extrêmement serré. mais lors des prochaines législatives, normalement prévues en 2018, le FPÖ, donné à plus de 30% d'intention de vote, ne visera rien de moins que Chancellerie.