Et maintenant, que va devenir DSK ?

  • A
  • A
Et maintenant, que va devenir DSK ?
Le centre de détention de Manhattan, où Dominique Strauss-Kahn est détenu depuis lundi.@ REUTERS
Partagez sur :

Le patron du Fonds monétaire international restera en détention jusqu’au 20 mai. Au moins.

Après sa première comparution publique devant la justice américaine lundi, que va-t-il advenir de Dominique Strauss-Kahn dans les prochaines heures ? Placé en détention provisoire, le directeur général du Fonds monétaire international va devoir attendre qu'une chambre d'accusation décide de l'inculper formellement. La procédure devrait intervenir avant vendredi.

En attendant, DSK a été conduit lundi à la prison de Rikers Island à New York. Un porte-parole de l'administration pénitentiaire de la ville a indiqué qu'il aurait une cellule individuelle.

Pour l’heure, il fait l'objet de sept chefs d'accusation, dont acte sexuel criminel et tentative de viol et de séquestration. Le patron du FMI les rejette tous et clame son innocence.

Prochaine étape : le "grand jury"

Dominique Strauss-Kahn devra donc comparaître dans les trois jours devant ce que les Américains appellent le "grand jury". Cette chambre d'accusation de 16 à 23 jurés populaires se réunira relativement brièvement, en secret et en l'absence d'un juge, pour entendre les éléments de preuve de l'accusation, et potentiellement le témoignage de la victime. Si cette dernière témoigne, il y aura sans doute inculpation formelle.

S'en suivra alors, dans ce cas de figure, une comparution devant un magistrat d'une juridiction plus élevée et de première instance, la "New York Supreme Court", destinée à signifier officiellement l'inculpation.

En attendant un procès, la prison

Une audience a déjà été fixée au 20 mai. Dominique Strauss-Kahn ne devrait pas quitter sa cellule jusqu’à cette date, où le procureur devrait livrer plusieurs éléments de preuve à la défense. Aussi, chaque partie pourra commencer à bâtir formellement un dossier.

Le procès devrait ensuite être organisé dans un délai de trois mois à un an.

>> Retrouvez le dossier sur l'affaire DSK en cliquant ici.