Encore une alerte rouge à la pollution à Pékin

  • A
  • A
Encore une alerte rouge à la pollution à Pékin
@ JOHANNES EISELE / AFP
Partagez sur :

Pékin suffoquait samedi à nouveau sous un épais brouillard toxique

C’est la seconde fois en deux semaines que l’alerte rouge à la pollution - le niveau maximal – est déclenché, ce qui exaspère et désespère les habitants.  Décrétée vendredi, cette nouvelle alerte rouge est entrée en vigueur samedi à l'aube et persistera jusqu'à mardi. Le Bureau municipal en charge de l'environnement a ordonné des fermetures d'usines et la mise en place d'une circulation alternée pour les véhicules privés afin de limiter l'expansion du smog, et les écoles seront fermées en début de semaine prochaine.

pollution

"Que j'apprécie la circulation alternée". De fait, dans les avenues du centre-ville, d'ordinaire bloquées par des embouteillages endémiques, le trafic automobile apparaissait extrêmement léger samedi en milieu de matinée. "Que j'apprécie la circulation alternée ! On roule enfin sans entraves sur le deuxième périphérique", ironisait un internaute sur le réseau de microblogs Weibo. "Est-ce que cette ville est encore habitable?", se désolait un autre. Sur Weibo et la messagerie WeChat, de nombreux usagers disaient leur intention de passer le week-end calfeutrés chez eux. Quelques personnes âgées bravaient cependant la pollution pour faire leur gymnastique matinale dans des parcs et places de la ville.

Le plafond de l’OMS vole en éclats. La densité de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5), particulièrement dangereuses pour la santé car elles pénètrent profondément dans les poumons, dépassait samedi 200 microgrammes par mètre cube, selon les niveaux de référence mesurés par l'ambassade américaine. Soit très au-dessus du plafond maximal recommandé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui est de seulement 25 microgrammes pour une exposition de 24 heures.