En Turquie, porter un t-shirt "héros" peut conduire en prison

  • A
  • A
En Turquie, porter un t-shirt "héros" peut conduire en prison
@ AFP
Partagez sur :

Les autorités turques voient dans ce choix vestimentaire, à première vue anodin, un message de soutien au prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen

Une quinzaine de personnes ont été arrêtées en Turquie cette semaine pour avoir porté un t-shirt avec l'inscription "héros", les autorités voyant dans ce choix vestimentaire un soutien déguisé aux auteurs du putsch manqué l'an dernier.

Dernières interpellations en date, un couple a été arrêté samedi à Antalya (sud), de même qu'un adolescent à Canakkale (sud-ouest), pour avoir porté un t-shirt blanc frappé du mot "Hero" (héros, en anglais), a rapporté l'agence de presse Dogan. Les autorités turques voient dans ce choix vestimentaire, à première vue anodin, un message de soutien au prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen, désigné par Ankara comme le cerveau du putsch avorté, ce que l'intéressé dément.

Tout a commencé le 13 juillet lorsque l'une des personnes accusées d'avoir tenté d'assassiner le président Recep Tayyip Erdogan lors du putsch manqué du 15 juillet 2016 s'est présentée au tribunal avec un t-shirt sur lequel était inscrit "Hero". En réaction, Erdogan a proposé la semaine dernière d'introduire une tenue unique pour les personnes jugées en lien avec la tentative de coup d'Etat, citant comme modèle la combinaison orange portée par les détenus de la prison militaire américaine de Guantanamo.

En comptant les trois personnes arrêtées samedi matin, les agences de presse Dogan et Anadolu ont fait état d'au moins 15 interpellations de ce type au cours de la semaine écoulée.  Parmi elles figure le proche d'une personne jugée en lien avec le putsch qui s'était rendu au tribunal avec un t-shirt "Hero" à Ankara. Mais la plupart des personnes arrêtées sont des étudiants ou des ouvriers affirmant ne pas être au courant de la controverse. L'adolescent arrêté samedi à Canakkale avait été dénoncé à la police par des passants. Les agents venus l'arrêter l'ont contraint à revêtir un t-shirt rouge avant de l'emmener au commissariat, selon Dogan.