Thaïlande : les automobilistes ivres devront faire un stage à la morgue

  • A
  • A
Thaïlande : les automobilistes ivres devront faire un stage à la morgue
Chaque année, environ 24.000 personnes décèdent sur les routes en Thaïlande;@ NICOLAS ASFOURI / AFP
Partagez sur :

La Thaïlande est l'un des pays au monde qui compte le plus grand nombre de décès sur les routes.

Pour sensibiliser aux dangers de l'alcool au volant, la Thaïlande va employer la manière forte. Le pays du sourire entend faire disparaître celui des automobilistes surpris au volant en état d'ivresse, en les obligeant à faire un stage à la morgue. 

"Une idée plus claire de ce qui se passe". Nontajit Netpukkana, haut responsable au service de l'application des peines au ministère de la Justice, a expliqué que le gouvernement avait accepté de mettre en oeuvre cette proposition émanant de son département. "Avant, nous avions des peines de travaux d'intérêt général (TIG) dans les hôpitaux", a-t-il expliqué. "Mais nous pensons que l'émotion suscitée par le fait de travailler à la morgue donnera à ceux qui effectuent des TIG une idée plus claire de ce qu'il se passe lors d'accidents provoqués par des conducteurs ivres".

La fête de l'eau... et de l'alcool. Cette annonce précède les célébrations de Songkran, Nouvel an thaïlandais et fête de l'eau, qui commencent mercredi. Pendant trois jours, les Thaïlandais se livrent à des batailles d'eau mais souvent ne se contentent pas d'en boire. Des centaines de personnes meurent sur les routes au moment de Songkran, appelé par le gouvernement "Les sept jours meurtriers", au même titre que la période du Nouvel An occidental.

24.000 décès sur les routes. Chaque année, environ 24.000 personnes décèdent sur les routes en Thaïlande. Selon une étude de l'Organisation mondiale de la santé en 2015, la Thaïlande se classe deuxième, derrière la Libye, en termes de décès par nombre d'habitants. Et l'alcool est souvent à l'origine des accidents de la route.

Les gouvernements thaïlandais successifs, civils comme militaires, ont promis des mesures pour limiter le nombre d'accidents, sans grand succès apparent. Au Nouvel An, la junte au pouvoir avait annoncé des séances de rééducation pour les conducteurs en état d'ivresse.