En Hongrie, Orban s'adoucit

  • A
  • A
En Hongrie, Orban s'adoucit
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le Premier ministre hongrois a promis à Bruxelles qu'il allait "modifier" ses textes controversés.

Viktor Orban revoit sa copie. Le Premier ministre hongrois a tenu à rassurer ses partenaires européens en envoyant une lettre d'intention à la Commission européenne. Un courrier reçu mercredi par José Manuel Barroso.

"Il m'a indiqué son intention de modifier les législation concernées et de travailler avec la Commission européenne au cours des prochains jours afin de trouver des solutions juridiques aux questions soulevées", a détaillé le président de la Commission européenne.

Plus tard dans la journée, Viktor Orban s'est invité dans le débat organisé au Parlement européen sur la situation politique dans son pays. Il a minimisé devant les eurodéputés les accusations de dérive autoritaire dont il fait l'objet.

Un enjeu économique

"Aucune disposition de la nouvelle constitution n'a été remise en cause", a déclaré un Viktor Orban visiblement conciliant. "Les problèmes pourraient facilement et rapidement être résolus", a-t-il assuré, cherchant à ramener les contentieux à des points juridiques et techniques.

Cette tentative d'apaisement n'a pas convaincu de nombreux eurodéputés, dont Daniel Cohn-Bendit. "L'Union européenne n'est pas un paillasson sur lequel on s'essuie les pieds mais c'est une maison commune que nous construisons ensemble", a vivement réagi le co-président du groupe des Verts au Parlement européen.

"Tous, dans ce Parlement, on est complètement dingues, car on a accepté un pays avec une constitution stalinienne", a poursuivi Daniel Cohn-Bendit.

L'intervention de Viktor Orban intervient au lendemain des trois procédures d'infraction au droit de l'UE lancées par Bruxelles.

Pour la Hongrie, l'enjeu est surtout économique. Au bord de la banqueroute, le pays cherche à obtenir de l'UE et du FMI un crédit de 15 à 20 milliards d'euros. L'indépendance de la Banque centrale hongroise, jugée insuffisante, est une condition posée par Bruxelles pour son octroi.