Émirats : condamnés pour s'habiller "en femmes", deux Singapouriens échappent à la prison

  • A
  • A
Émirats : condamnés pour s'habiller "en femmes", deux Singapouriens échappent à la prison
Les Émirats arabes unis ont légalisé en 2016 la chirurgie de réattribution sexuelle. @ RABIH MOGHRABI / AFP
Partagez sur :

Deux hommes singapouriens, dont l'un est transgenre, ont été condamnés à l'expulsion pour s'être habillés en femmes dans un centre commercial d'Abou Dhabi.

Deux citoyens de Singapour, dont une personne transgenre, condamnés à de la prison aux Émirats arabes unis pour avoir porté des tenues "féminines" ont vu leur peine réduite à une amende et à l'expulsion du pays, ont indiqué une source et les médias locaux lundi. Muhammad Fadli bin Abdul Rahman, photographe de mode, et son ami transgenre Noor Vitriya Kistina Ibrahim avaient été arrêtés plus tôt ce mois-ci dans un centre commercial d'Abou Dhabi, la capitale des Émirats, selon l'organisation "Detained in Dubai", qui dit aider les victimes d'injustice aux Émirats.

Les "tenus indécentes" condamnables. Saiful, le frère de Muhammad Fadli bin Abdul Rahman, avait précisé que ce dernier portait une cravate et des boucles d'oreilles au moment de son arrestation. Selon lui, le couple avait été arrêté par la police du tourisme parce qu'il avait "l'air féminin". D'après "Detained in Dubai", les deux Singapouriens avaient ensuite été inculpés de "comportement inapproprié relatif à leur accoutrement". À Abou Dhabi, le code pénal interdit "les tenues indécentes". Muhammad Fadli bin Abdul Rahman et Noor Vitriya Kistina Ibrahim ont été condamnés à un an de prison. Mais une source proche du dossier, qui a requis l'anonymat, a indiqué que leur peine a été réduite dimanche à une amende et à l'expulsion du pays.

Les rapports hors mariage interdits. Le quotidien d'Abou Dhabi The National, citant le ministère de la Justice, a précisé que l'amende se montait à 10.000 dirhams (environ 2.300 euros). Noor Vitriya Kistina Ibrahim est, selon des militants qui défendent sa cause, une personne transgenre qui ne s'est pas encore soumise à une opération de réattribution sexuelle pour devenir femme. Bien que les habitants des Émirats bénéficient d'une certaine liberté dans leur vie privée, le pays interdit la sodomie ainsi que les rapports sexuels en dehors du mariage. Les Émirats arabes unis ont légalisé en 2016 la chirurgie de réattribution sexuelle dans le cadre d'une nouvelle loi sur la responsabilité médicale, bien qu'aucun texte antérieur n'ait interdit explicitement la procédure.