Emeutes : l'embrasement gagne Manchester

  • A
  • A
Emeutes : l'embrasement gagne Manchester
Des jeunes autour d'une barricade mise en place dans une rue de Liverpool, au nord-ouest de l'Angleterre.@ REUTERS
Partagez sur :

VIDEO - Quatrième nuit d'émeutes au Royaume-Uni malgré un important dispositif policier.

Le Royaume-Uni a vécu sa quatrième nuit de troublesdepuis samedi, des violences qui ont atteint Manchester dans la nuit de mardi à mercredi. Les premières émeutes de mardi ont éclatées à Wolverhampton et West Bromwich, deux villes du centre de l'Angleterre et à proximité de Birmingham. Puis c'est Manchester, ville jusque-là épargnée, qui s'est embrasée.

Une violence "jamais observée auparavant"

Troisième ville du pays, Manchester a été la plus touchée par les pires émeutes depuis 30 ans. Le chef adjoint de la police locale Garry Shewan a évoqué une intensité qu'il "n'avait jamais observée auparavant". Des centaines de jeunes encagoulés ont affronté et lancé des projectiles sur les policiers antiémeutes, brisant des vitrines, pillant, mettant le feu à des magasins et des voitures. Une cinquantaine de personnes avaient été interpellées vers minuit.

"Nous avons été attaqués plusieurs fois", a témoigné Glen Barkworth, gérant du principal centre commercial de Manchester. "J'ai vu deux magasins attaqués, pillés, incendiés. (...) C'était surréaliste", a-t-il ajouté. A une quarantaine de kilomètres, à Liverpool, 200 jeunes ont bombardé la police de projectiles et causé des dégâts. 35 personnes ont été interpellées.

A Manchester, des vitrines ont été vandalisées :





Londres reste calme, la région de Birmingham s'enflamme

La capitale est restée globalement calme, après le déploiement de 16.000 policiers contre 6.000 la veille. Mais une forte tension était perceptible: de nombreux magasins avaient fermé plus tôt que prévu et à Canning Town, quartier très défavorisé de l'est de la capitale, la police faisait face à des groupes de jeunes, sans affrontement.

Des affrontements qui ont en revanche eu lieu dasn la banlieue de Birmingham : à West Bromwich, 200 personnes derrière des barricades ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre, brûlé véhicules et magasins, et à Wolverhampton des magasins ont également été pillés. 109 personnes ont été arrêtées.

A West Bromwich, les casseurs s’en sont pris aux forces de l’ordre :

A Wolverhampton, des mouvements de foule ont provoqué la panique :

Les émeutes ont déjà fait 111 blessés dans les rangs de la police, selon des sources émanant des forces de l’ordre. Depuis samedi, 685 personnes ont été arrêtées.