Etats-Unis : état d'urgence et couvre-feu décrétés à Baltimore

  • A
  • A
Etats-Unis : état d'urgence et couvre-feu décrétés à Baltimore
@ Les voitures de police, tout comme les commerces, ont été la cible de émeutiers. CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - La mort d'un Noir de Baltimore tué par la police a réveillé les tensions dans la ville. Les violences qui s'en sont suivies ont poussé le gouverneur à déployer la garde nationale. 

Depuis lundi soir, les rues des quartiers ouest de Baltimore, réputés les moins sûrs de cette ville du Maryland touchée par la criminalité, ont été le théâtre de scènes de guérilla urbaine. Des manifestants en colère, noyautés par des membres de gangs, ont affronté les forces de l'ordre toute la journée. Le bilan est lourd côté policier, avec pas moins de 15 agents blessés par les jets de projectiles, tandis que 27 arrestations ont été menées. Les manifestants ont mis le feu à certains bâtiments, détruisant les voitures de police et pillant plusieurs boutiques.  

LES TROIS INFOS A RETENIR

· Freddy Gray, jeune Noir décédé alors qu'il était en détention au commissariat, a été enterré lundi.

· Des manifestations en soutien de Freddy Gray, noyautées par les gangs, ont dégénéré.

· 5.500 gardes nationaux sont mobilisés, l'état d'urgence et un couvre-feu ont été décrétés jusqu'à nouvel ordre. 

• Quelle est la raison de cette flambée de colère et de violence ?

Les amateurs de séries-télé connaissent Baltimore à travers la saga The Wire, oeuvre ultra-réaliste plongeant le spectateur dans les arcanes des réseaux de trafic des quartiers populaires de la ville. Outre les affaires de drogue, la série illustre aussi parfaitement la tension raciale qui règne dans cette ville du Maryland touchée par la pauvreté et la ségrégation sociale et géographique.

La réalité a rattrapé la fiction, puisque c'est la mort d'un jeune Noir qui a mis le feu aux poudres. Freddy Gray s'était retrouvé dans le coma après une arrestation musclée menée par la police le 19 avril dernier. Vertèbres cervicales brisées, il est mort après une semaine passée dans le coma. Plusieurs enquêtes internes avaient été lancées au sein de la police pour comprendre comment la bavure avait pu se produire sans conclusion précise. La police a néanmoins reconnu que le jeune homme n'avait pas reçu l'assistance médicale nécessaire. 

Dimanche, à la veille de ses obsèques, des premiers heurts étaient survenus entre les proches du jeune homme, qui voulaient pouvoir l'enterrer en paix, et la police, sur le qui-vive, craignant de possibles débordements. 6 policiers et 5 journalistes avaient été blessés. Lundi, ces heurts ont donc tourné à l'émeute. 



• Quelle est la réaction des pouvoirs publics ?

Face à ces violences, la maire de la ville, Stephanie Rawlings-Blake, s'est montrée ferme : "Trop de gens ont passé des générations à bâtir cette ville pour qu'on la laisse détruire par des voyous". Le gouverneur de l'Etat, Larry Hogan, a décrété l'état d'urgence et un couvre-feu dans la ville à partir de 22 heures jusqu'à 5 heures. 5.500 gardes nationaux ont été dépêchés sur place pour maîtriser la situation dans cette ville de 620.000 habitants. Les écoles ont été fermées, une décision décriée par certains observateurs craignant de favoriser les rassemblements de jeunes désœuvrés. La municipalité est sur les dents car elle craint que "les gangs locaux aient noué un partenariat pour éliminer les policiers", profitant de l'occasion pour régler leurscomptes avec les forces de l'ordre.  

• Le contexte historique et actuel très tendu 

Cette flambée de violence n'est bien évidemment pas sans rappeler le scénario de la mort de Michael Brown à Ferguson. Tué par un policier blanc lors de son interpellation, son décès avait provoqué plusieurs jours d'émeutes dans cette ville du Missouri. Baltimore est également une ville marquée par les tensions raciales et les violences urbaines. Et, différence majeure, une ville beaucoup plus grande.

Après l'assassinat de Martin Luther King en 1968, cette municipalité du Maryland avait été l'une des villes des Etats-Unis où les violences avaient été les plus fortes. A l'époque déjà, le gouverneur avait convoqué la garde nationale pour contrôler les manifestations de la communauté noire. L'armée fédérale avait finalement dû intervenir, alors que sixpersonnes avaient été tuées, 700 blessées et des milliers d'habitations incendiées. 



>> LIRE AUSSI - Funérailles sous tension pour un Noir mort après son arrestation