"Emailgate" : Hillary Clinton joue la transparence

  • A
  • A
"Emailgate" : Hillary Clinton joue la transparence
@ AFP/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/CHIP SOMODEVILLA
Partagez sur :

Le New York Times a révélé que l'ex-secrétaire d'Etat avait utilisé son adresse mail personnelle contre toutes les règles de sécurité.

"Je veux que les gens voient mes mails", assure Hillary Clinton. L'ancienne secrétaire d'Etat américaine tente de trouver une parade à un scandale qui touche sa boîte mail. Le New York Times a révélé cette semaine que la femme politique démocrate n'a jamais eu d'adresse mail professionnelle au temps où elle était à la tête de la diplomatie américaine. Une situation qui aurait pu mettre en danger la sécurité des informations qui transitaient dans ses messages et que les élus républicains lui reprochent.

Sous le feu des élus républicains. Pour se défendre, Hillary Clinton joue la transparence : "Je veux que les gens voient mes mails. J'ai demandé au département d'Etat de les publier. Ils m'ont dit qu'ils allaient les examiner pour les publier au plus vite". Son manque de transparence est régulièrement reproché à l'ancienne chef de la diplomatie, ainsi qu'à son ex-président de mari.

Des élus républicains du Congrès ont déposé mercredi une assignation pour obtenir tous les courriels envoyés par Hillary Clinton, qui est la favorite du camp démocrate pour la course à la Maison Blanche en 2016. Le président de la commission d'enquête sur l'attaque contre le consulat américain de Benghazi en 2012, le républicain Trey Gowdy, avait expliqué aux journalistes avoir récemment découvert que le département d'Etat n'avait pu produire ses correspondances car l'ex-chef de la diplomatie utilisait exclusivement un système privé d'mails.

La loi américaine rend obligatoire l'archivage par les Archives nationales de toute correspondance professionnelle des responsables de l'administration. Durant ses quatre années au département d'Etat, de 2009 à 2013, Hillary Clinton n'a jamais utilisé d'adresse email gouvernementale (qui se termine par state.gov), ce qui pourrait constituer une violation des règles en vigueur.