Elections américaines : ces femmes républicaines tentées par Hillary Clinton

  • A
  • A
Partagez sur :

Certaines militantes républicaines, déboussolées par les déclarations et l'attitude du milliardaire ont choisi de faire campagne pour la candidate démocrate. Reportage auprès de celles qui sont "passées à l'ennemi".

REPORTAGE

À cinq jours de l'élection présidentielle, Hillary Clinton et Donald Trump entament leur sprint final dans la course à la Maison Blanche. Mercredi soir, Barack Obama a mis en garde les Américains : "Le sort de la République est en jeu", a lancé le président démocrate qui sait que la candidate de son camp est fragilisée par l'affaire des emails et l'enquête du FBI la concernant. De son côté, Donald Trump part en campagne dans des terres démocrates : il était en meeting dans le Wisconsin mardi soir et appelle sa femme Melania en renfort. Vendredi, elle devra convaincre les femmes de voter pour son mari, rattrapé par ses discours misogynes et plusieurs affaires montrant le candidat républicain tenant des propos sexistes. Car même dans son camp, certaines militantes doutent. Europe 1 a rencontré celles qui font campagne pour Hillary Clinton.

Donald Trump, cet "étrange animal" . Ici, on avait jamais vu ça. Des grands-mère républicaines avec leurs t-shirt "Femmes avec Hillary". Dans The Villages, une ville toute entière réservée aux plus de 55 ans, entourée de clôtures, on penche plutôt du côté des Républicains. Mais parmi les femmes, quelques irréductibles comme Linda, qui plaisante : "Si vous m'aviez ça dit il y a un an, je n'en n'aurai pas cru un seul mot". 

Comme tous ses voisins, elle est une fervente conservatrice, mais aujourd'hui, elle est acquise à l'ennemi de toujours pour faire barrage à Donald Trump. "J'ai plus de certitudes qu'avec cet étrange animal qu'est Donald Trump", confie la retraitée. "Ce type vit sur sa planète, personne ne sait où il veut aller".

"Être républicain et voter Clinton, c'est ok". C'est au volant de sa voiturette de golf que Linda fait campagne. Elle déambule entre les pavillons identiques bordés d'une pelouse impeccable. Elle récolte de plus en plus de soutiens. Donna, professeur d'économie à la retraite, assume ouvertement soutenir Hillary Clinton, sans pour autant renier ses convictions. "Wall Street soutient Hillary Clinton. Son mari Bill a réduit drastiquement le déficit budgétaire, la dette a été réduite", explique-t-elle. "C'est ok de se dire Républicain et de voter Hillary Clinton".

Dans cette ville privée pour retraités, les démocrates n'ont parfois même pas le droit de venir faire campagne pour Hillary Clinton, refoulés à l'entrée gardée par une barrière automatique.