Elections américaines : Bernie Sanders, l'idole des jeunes

  • A
  • A
Elections américaines : Bernie Sanders, l'idole des jeunes
@ ALEX WONG / AFP
Partagez sur :

En quelques mois, le démocrate Bernie Sanders est devenu le candidat préféré de tout un pan de la jeunesse américaine.

Acclamé comme une rock star en meeting, Bernie Sanders galvanise les foules. Malgré sa silhouette chétive, ses rides et ses cheveux blancs, le doyen de la course à la présidentielle a raflé 84% des suffrages chez les moins de 30 ans dans l’Iowa la semaine dernière. Hillary Clinton est donnée perdante face à lui dans le caucus démocrate du New Hampshire, qui se tient ce mardi. Mais elle a beau l'accuser de faire des promesses irréalistes, le fougueux candidat de 74 ans séduit tous azimuts. Comment ce candidat, dont la candidature faisait même sourire Obama il y a un an, est-il devenu en quelques mois l'idole d'un pan de la jeunesse américaine ?

Il veut instaurer la gratuité des universités. Avec cette proposition, l'une des plus acclamées durant ses meetings, Bernie Sanders fait mouche auprès des classes moyennes et populaires. Alors que les dettes étudiantes plombent de plus en plus les perspectives d'avenir aux Etats-Unis, il envisage de rendre l'université plus accessible, voire gratuite. De nombreux jeunes sont sensibles à ce projet, jugé irréalisable par sa rivale démocrate comme par ses rivaux républicains.  

Il défend les aides aux plus vulnérables. Soutien affiché du mouvement Occupy Wall Street, Bernie Sanders, enfant de col-bleus de Brooklyn, souhaite taxer Wall Street et augmenter les impôts sur le revenu des plus riches, avec une nouvelle tranche à 52% pour les revenus supérieurs à 10 millions de dollars. Ces taxes permettraient, selon lui, de redistribuer les richesses du pays pour financer des mesures sociales comme la couverture maladie ou le congé maternité. 

Il dénonce les lobbys qui gangrènent la politique. A longueur de meetings, ce socialiste revendiqué fustige les "milliardaires et les entreprises qui achètent les candidats". Par opposition à Hillary Clinton, réputée proche des milieux financiers, lui finance sa campagne à l'aide de milliers de petits dons modestes. Cultivant son image d'homme politique incorruptible, Bernie Sanders a notamment exprimé son opposition à l'oléoduc géant Keystone ou au projet de partenariat transpacifique. 

Il est opposé aux guerres menées par les Etats-Unis. Bernie Sanders est l'un des rares élus à s'être opposé à l'invasion de l'Irak en 2003. Apprécié par un pan de la jeunesse américaine, cet engagement pacifiste remonte aux grands mouvements étudiants des années 60 contre la guerre du Vietnam, auxquels il prend part, alors étudiant à Chicago. Après ses études il part s'installer dans l'Etat rural du Vermount, dont il est sénateur depuis 23 ans.  

Seul hic : il laisse pour l'instant les minorités de marbre.Annoncé grand gagnant dans le New Hampshire, Etat voisin de son Vermount, le démocrate Bernie Sanders est très aimé l’électorat libéral du nord-est. Un électorat principalement blanc et éduqué. Et c'est précisément ce qui pourrait coincer par la suite. Sa progression fulgurante se heurte à ses mauvais scores auprès des minorités qu'il peine à convaincre et qui sont beaucoup plus présentes dans d'autres Etats clés. Affaire à suivre les 20 et 27 février lors des scrutins du Nevada et de Caroline du Sud, deux Etats à forte population noire et latino et où Hillary Clinton pourrait le distancer.