Égypte : les islamistes dans la rue vendredi

  • A
  • A
Égypte : les islamistes dans la rue vendredi
La Coalition islamiste, qui regroupe plusieurs partis et mouvements islamistes dont les Frères musulmans, a appelé jeudi soir ses partisans à manifester vendredi@ Reuters
Partagez sur :

RETOUR SUR - Le nouveau président par intérim de l'Egypte est Adly Mansour. Il a prêté serment.

#L'ESSENTIEL :

- Morsi a été transféré au ministère de la Défense. Un magistrat a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête concernant l'ex-président et quinze autres islamistes pour "outrage à la justice" égyptienne.

- Le nouveau président par intérim de l'Egypte est Adly Mansour. Il a prêté serment.

- ElBaradei est favori pour le poste de Premier ministre.

- Le Guide suprême des Frères musulmans a été arrêté.

- François Hollande a appelé à "tout faire" pour relancer le processus démocratique.

> RETOUR SUR : Comment l'armée a destitué Morsi

• Adly Mansour président par intérim. Le magistrat Adly Mansour a prêté serment jeudi en tant que président par intérim du pays. Il a promis de nouvelles élections, sans avancer de calendrier, et ajouté : l’Égypte a "corrigé la trajectoire de sa glorieuse révolution". Peu avant, il avait pris ses fonctions de président de la Haute Cour constitutionnelle, un poste auquel il a été nommé il y a seulement quelques jours par un décret du haut conseil judiciaire.

Mohamed ElBaradei, ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), est favori pour occuper le poste de chef du gouvernement de transition en Egypte.

> A lire : ZOOM : ElBaradei, en pole pour être Premier ministre

 

pro morsi 930

© Reuters

Morsi aux mains des militaires. Dans la nuit, Mohamed Morsi a été arrêté par les militaires et conduit au ministère de la Défense. Au moment de l’annonce de sa destitution, il se trouvait dans une caserne de la Garde républicaine, autour de laquelle l’armée avait déployé un cordon de sécurité. C’est là qu’ont été assignés à résidence les membres de son équipe. Un magistrat a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête concernant l'ex-président et quinze autres islamistes pour "outrage à la justice" égyptienne.

> DÉCRYPTAGE : Coup d’État ou révolution ?

Des Frères musulmans arrêtés. De hauts responsables des Frères musulmans ont aussi été arrêtés. Parmi eux, Saad el Katani, le chef du Parti liberté et justice (PLJ), la branche politique des Frères, mais également Mohamed Badie, le Guide suprême des Frères musulmans égyptiens. Ce dernier était sous le coup d'un mandat d'arrêt, pour incitation à tuer des manifestants qui protestaient dimanche. En outre, des mandats d’arrêt ont été lancés contre quelque 300 membres de la confrérie, accusés d’incitation à la violence et de troubles à la sécurité et à la paix générales. Ils ont dénoncé l'instauration d'un "Etat policier". La Coalition islamiste, qui regroupe plusieurs partis et mouvements islamistes dont les Frères musulmans, a appelé jeudi soir ses partisans à manifester vendredi

L’armée a aussi fait fermer trois chaînes de télévision favorables à Mohamed Morsi, dont Egypt25, la chaîne des Frères musulmans.

> ZOOM : Ce qui attend l’Égypte

 Des violences dans la nuit. Place Tahrir,, les opposants à Mohamed Morsi exultaient mercredi soir.

03.07 Egypte soldat

© Reuters

> EN IMAGES : Place Tahrir, les Égyptiens exultent

La nuit de mercredi à jeudi a été marquée par des affrontements, des partisans du président déchu ayant attaqué des bâtiments de la sécurité dans le nord du pays. Sept d’entre eux sont morts dans des heurts à Marsa Matrouh et à Alexandrie. A al-Minya, dans le centre du pays, trois anti-Morsi ont en outre été tués dans des affrontements.

Obama vert

Obama "profondément inquiet". Le président américain Barack Obama s’est dit "profondément inquiet" et a appelé à l’élection rapide d’un nouveau gouvernement civil. Un message que l’Égypte ne peut ignorer, tant son armée et son économie dépendent de l'aide financière américaine. Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, a de son côté jugé l’intervention de l’armée "préoccupante".

hollande egypte 930

© Capture BFM

Le président français, François Hollande a appelé "à tout faire" pour relancer le processus démocratique en Egypte. "C'est un aveu d'échec. C’est un échec quand un président élu démocratiquement est déposé, quand une population se soulève rassemblant des millions de personnes, quand il a une situation à ce point dégradée. Ce qui compte c’est que l’armée organise au plus tôt des élections dans des conditions irréprochables, avec le pluralisme, et la possibilité pour tous les partis de concourir", a réclamé le chef de l'Etat en marge d'un déplacement en Tunisie.

Parmi les opposants à cette destitution, la Turquie. Ahmet Davutoglu, chef de la diplomatie turque, qui a dénoncé un acte "inacceptable" et a dénoncé un "coup d'Etat militaire".