Egypte : 14 morts dans un attentat

  • A
  • A
Egypte : 14 morts dans un attentat
@ Reuters
Partagez sur :

Suite à cet attentat, le gouvernement a qualifié les Frères musulmans d"organisation terroriste". 

Une voiture piégée a tué 14 personnes mardi en Egypte, les autorités intérimaires dénonçant une tentative d'entraver la transition promise par l'armée lors de la destitution début juillet du président islamiste Mohamed Morsi dont la première étape est un référendum constitutionnel prévu mi-janvier.

Peu après cet attentat sanglant contre un bâtiment de la police dans le nord du pays, un conseiller du Premier ministre Hazem Beblawi affirmait à l'agence officielle Mena que le chef du gouvernement avait déclaré les Frères musulmans, la confrérie de M. Morsi, "organisation terroriste".

Cette déclaration, à forte portée politique à l'approche du référendum que les Frères musulmans ont appelé à boycotter, ne devrait toutefois pas entraîner de conséquences dans l'immédiat pour la confrérie, déjà interdite en vertu d'une décision de justice pour laquelle un appel au fond est encore attendu.

>> A LIRE AUSSI : Égypte : le procès hors-normes de Morsi ajourné

Les nouvelles autorités dirigées de facto par les militaires accusent régulièrement la confrérie d'aider et de financer les auteurs des attaques contre les forces de l'ordre, quasi-quotidiennes depuis l'éviction du premier président élu démocratiquement d'Egypte le 3 juillet. 

Toutefois, Mena a ensuite publié des déclarations de M. Beblawi lui-même, dans lesquelles il n'accuse cette fois plus la confrérie directement. Il y réaffirme que "le terrorisme ne parviendra pas à entraver" la transition qui doit se terminer avec la tenue d'élections législatives et présidentielle mi-2014 et que "la poursuite des meurtriers se fera selon la loi" tandis que le président par intérim Adly Mansour a promis de "frapper le terrorisme d'une main de fer".

>> A LIRE AUSSI : Egypte : "plus personne ne se dit partisan des Frères musulmans"

"Il n'y a rien de surprenant à ce que Beblawi, le Premier ministre-marionnette de la junte militaire, décide d'exploiter le sang des Egyptiens innocents avec des déclarations incendiaires destinées à créer plus de violence, de chaos et d'instabilité", ont rétorqué dans un communiqué les Frères musulmans, condamnant "dans les termes les plus forts" cet attentat.

A l'instar de M. Morsi, la quasi-totalité de la direction de la confrérie se trouve actuellement derrière les barreaux et fait l'objet de poursuites, en particulier pour la mort de manifestants. Les dirigeants du mouvement islamiste ont été arrêtés dans le cadre de l'implacable répression lancée par le nouveau pouvoir dirigé de facto par l'armée qui réprime dans le sang les manifestants pro-Morsi, une campagne qui s'est soldée à ce jour par plus d'un millier de morts et des milliers d'arrestations.