"Effusions entre femmes" chez Berlusconi

  • A
  • A
"Effusions entre femmes" chez Berlusconi
Des policiers ont témoigné lundi à la barre, dans le cadre du procès Rubygate. Ils ont assuré qu'il y a eu "effusions entre femmes" chez Silvio Berlusconi.@ REUTERS
Partagez sur :

Témoin dans le cadre du procès Rubygate, un policier parle d’"une série d'éléments convergents".

De véritables "effusions entre les jeunes femmes", c’est ainsi que sont présentées les soirées organisées par Silvio Berlusconi dans sa villa près de Milan par un policier. L’homme, qui a passé en revue une série de photos prises par les jeunes participantes aux soirées "avec des scènes d'effusions réciproques", a témoigné lundi au procès Rubygate contre l'ex-chef du gouvernement italien.

"Déguisées en Père Noël"

Giorgio Bertoli a expliqué à la barre que certaines filles se "déguisaient en Père Noël ou en policières". Et il a assuré que dans le dossier Ruby figurent aussi "9 photographies montrant une chambre avec un lit défait entouré de photos de Silvio Berlusconi quand il était jeune". Le policer a précisé que les photos avaient été trouvées dans l'ordinateur d'une des jeunes filles ayant participé aux fêtes.

Le chef de la police judiciaire à Milan, Marco Ciacci, a pour sa part affirmé que Ruby, la jeune Marocaine que le Cavaliere est accusé d'avoir rémunérée pour des prestations sexuelles quand elle était mineure, se prostituait de façon régulière. Il existe, a-t-il assuré, "une série d'éléments convergents", des rendez-vous "sur des agendas", des témoignages qui démontrent que Ruby - de son vrai nom Karima El Mahroug - "s'est livrée à des actes sexuels contre paiement" lors des soirées dans la villa d'Arcore du Cavaliere.

Ruby mise en cause grâce aux écoutes

Selon l'enquêteur, la participation de Ruby aux dîners d'Arcore a été "prouvée grâce aux écoutes et à de multiples retranscriptions de conversations téléphoniques dont une entre Ruby et Luca Risso (son fiancé actuel et père de l'enfant dont elle doit bientôt accoucher, ndlr) le 6 octobre 2010". Et ce, alors que Ruby a toujours nié être une prostituée et a systématiquement décrit les soirées chez Silvio Berlusconi comme des "dîners tout à fait corrects".

Silvio Berlusconi a également nié toute relation intime avec la jeune femme. Il est accusé de prostitution de mineure et d'abus de pouvoir. Le Cavaliere est aussi jugé depuis début avril pour avoir fait pression sur la police de Milan afin qu'elle relâche la jeune fille après son interpellation fin mai 2010 pour un larcin.