Ebola : un patient en quarantaine au Canada

  • A
  • A
Ebola : un patient en quarantaine au Canada
@ DPA/MAXPPP
Partagez sur :

EPIDEMIE - Un homme de retour du Nigéria présentant des symptômes de fièvre a été placé à l'isolement près de Toronto.

L'info. L'épidémie d'Ebola menace-t-elle l'Amérique ? Un patient de retour du Nigeria et présentant des symptômes de fièvre Ebola a été placé vendredi à l'isolement dans un hôpital de la banlieue de Toronto. "Un malade qui était récemment revenu au Canada depuis le Nigeria s'est présenté aux urgences de l'hôpital William Osler avec de la fièvre et d'autres symptômes fiévreux", a indiqué l'hôpital de Brampton dans un communiqué.

Ebola : que va changer la mobilisation mondiale ?

Mise en quarantaine. En prévention, ce centre de soins a pris les plus hautes mesures de contrôle des infections dans le service des urgences "y compris l'isolement du malade". Cette quarantaine a été décidée en raison à la fois des symptômes et du retour de ce patient du Nigeria, un pays où neuf cas de fièvre hémorragique Ebola ont été confirmés vendredi.

Ebola : que va changer la mobilisation mondiale ?

Vérifier l'origine des fièvres. Le Docteur Graham Pollett, du service de la santé publique, a indiqué que les tests étaient actuellement en cours pour savoir si ce patient souffre de la fièvre hémorragique Ebola ou d'une maladie présentant les mêmes symptômes, comme par exemple le paludisme. "Les services de santé de l'Ontario sont préparés à réagir si un patient devait se présenter avec des symptômes qui laisseraient penser à une maladie comme celle du virus Ebola", a souligné ce médecin.

>> LIRE AUSSI - Le virus Ebola, c'est quoi ?

Un risque "très faible". "A ce jour, il n'y a pas de cas déclaré d'Ebola en Ontario et le risque reste très faible", a-t-il rassuré. De son côté le ministre de la Santé de la province ontarienne, Eric Hoskins, a assuré que toutes les mesures avaient été prises depuis le déclenchement de l'épidémie en Afrique de l'ouest. "A partir de l'expérience et des leçons tirées de l'épidémie de grippe aviaire, nos hôpitaux ont des systèmes de contrôle infectieux sophistiqués" et sont "pleinement équipés pour gérer des cas éventuels d'Ebola", a indiqué le ministre.