L'épidémie d'Ebola est terminée au Liberia

  • A
  • A
L'épidémie d'Ebola est terminée au Liberia
Un professionnel de la santé lors de l'épidémie d'Ebola au Liberia en décembre 2014@ AFP/UN/EVAN SCHNEIDER
Partagez sur :

BONNE NOUVELLE - L'Organisation mondiale de la santé a annoncé samedi la fin de l'épidémie d'Ebola au Liberia, un des trois pays les plus touchés par le virus.

Le Liberia est débarrassé d'Ebola. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé samedi la fin de l'épidémie d'Ebola dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, un des plus touchés par le virus. "Quarante-deux jours ont passés depuis l'enterrement du dernier cas détecté en laboratoire le 28 mars. L'épidémie de virus Ebola est terminée au Liberia", annonce l'organisation.

Il a donc fallu attendre 42 jours, soit deux fois la durée maximale d'incubation du virus, pour être certains que le Liberia en soit bien débarrassé. "Nous sommes sortis d'affaire. Nous sommes débarrassés d'Ebola. Merci à nos partenaires d'être restés à nos côtés dans la lutte", a de son côté réagi le ministre libérien de l'Information, Lewis Brown.

Un appel à la vigilance. L'OMS se félicite d'une "réussite monumentale pour un pays qui a signalé le plus grand nombre de morts". Comme l'organisation internationale, Médecins sans frontières, l'ONG en première ligne des traitements, s'est également "réjoui" de cette nouvelle, mais "appelle à la vigilance". "MSF prévient que tant que de nouveaux cas sont encore découverts en Guinée et en Sierra Leone, l’épidémie n’est pas encore terminée", indique l'ONG dans un communiqué.

Se reconstruire. Le pays doit désormais se reconstruire, humainement et économique, après cette catastrophe sanitaire. En octobre 2014, la Banque mondiale estimait que la maladie pouvait coûté jusqu'à 32 milliards d'euros aux trois pays les plus touchés, le Liberia, la Guinée et le Sierra Leone.

Cette semaine pourtant, le cap des 10.000 morts avait été dépassé. Plus de 4.500 personnes ont été tuées par le virus Ebola au Liberia. Au Sierra Leone, ils sont 3.900 à en être morts et 2.300 en Guinée, selon les chiffres du 1er mai.