Eagles of Death Metal : deux concerts annulés après des propos polémiques du leader

  • A
  • A
Eagles of Death Metal : deux concerts annulés après des propos polémiques du leader
Jesse Hugues, le chanteur de Eagles of Death Metal.@ JOEL SAGET/AFP
Partagez sur :

En désaccord avec des propos tenus par le leader des Eagles of Death Metal, les festivals Rock en Seine et Cabaret Vert ont décidé d'annuler les concerts du groupe prévus cet été.

Les festivals Rock en Seine et du Cabaret Vert ont annulé vendredi les concerts prévus cet été des Eagles of Death Metal, le groupe qui jouait au Bataclan le soir des attentats du 13 novembre, après des propos polémiques de son leader sur cette attaque.

"Désaccord total". "En désaccord total avec les récents propos tenus par Jesse Hugues, chanteur de Eagles of Death Metal, à un media américain, les festivals Cabaret Vert et Rock en Seine ont décidé ce jour d'annuler les concerts du groupe" prévus les 25 et 26 août, respectivement à Charleville-Mézières (Ardennes) et à Paris, ont annoncé les organisateurs dans un communiqué.

Des propos polémiques. Début mars, le chanteur, connu pour ses positions pro-armes à feu, avait suscité une première polémique en déclarant que l'attaque du 13 novembre avait été préparée de l'intérieur de la salle de concert et en exprimant des soupçons à l'encontre des vigiles. Face aux réactions indignées de la salle parisienne, il avait rapidement présenté ses excuses. Dans une nouvelle interview, accordée récemment à Taki's Magazine, Jesse Hughes se dit toutefois à nouveau "certain qu'ils (les assaillants, ndlr) étaient là tôt". "Je me souviens d'eux en train de fixer mon pote. J'ai juste mis ça sur le compte de la jalousie des arabes" à l'égard des Américains, ajoute le chanteur.

Il assure également avoir vu au Bataclan Salah Abdeslam, seul membre encore en vie du commando djihadiste des attentats de Paris. L'enquête n'a toutefois jamais fait état de sa présence sur les lieux. Jesse Hughes assure dans la même interview avoir "vu des musulmans faire la fête dans la rue pendant l'attaque, en temps réel". "Comment pouvaient-ils savoir ce qui était en train de se passer ? Il y a sûrement eu une coordination", déclare le chanteur à cette publication, souvent critiquée pour ses prises de position extrémistes.