Du répit pour les victimes du Concordia

  • A
  • A
Du répit pour les victimes du Concordia
@ REUTERS
Partagez sur :

La justice française a prolongé de trois mois l'offre d'indemnisation proposée par Costa.

C'est une première défaite pour Costa Croisières. Le croisiériste avait donné dix jours aux naufragés pour accepter, ou non, les 11.000 euros de dédommagement qu'il leur proposait, selon Le Figaro. Les victimes demandaient plus de temps pour réfléchir.

Finalement, le juge du tribunal de Nanterre a donné raison aux naufragés et aux victimes et aux familles de victimes du naufrage du Concordia, échoué à quelques dizaines de mètres de l'île du Giglio le vendredi 13 janvier. "Ces victimes, dont le préjudice corporel et moral n'est pas encore consolidé, sont pour certaines encore marquées par la détresse morale provoquée par cette catastrophe maritime", est-il notamment écrit dans le jugement.

"Difficultés financières" des victimes

"Les victimes ne disposent pas encore des éléments nécessaires et suffisants pour apprécier la pertinence de l'offre qui leur est faite, tandis qu'un certain nombre d'entre elles sont confrontées à des difficultés financières", considère le juge. Il note par ailleurs que Costa Croisières a refusé la médiation qu'avaient acceptée les associations.

Le "collectif des rescapés français du Concordia" et la Fédération des victimes d'accidents collectifs (Fenvac) estimaient que la compagnie leur mettait "le couteau sous la gorge" avec ce court délai de réflexion. En acceptant la somme proposée, les victimes doivent, selon les termes du "contrat", renoncer à un éventuel procès, ce que la Fenvac qualifie de "chantage".

Une enquête préliminaire est ouverte depuis deux semaines par le parquet de Paris sur le naufrage du Costa Concordia. Les gendarmes maritimes vont entendre chacun des passagers pour tenter de comprendre les circonstances du drame. Cela permettra notamment d'évaluer le préjudice personnel des passagers, précise le quotidien.