Du cannabis pour le cannibale de Miami

  • A
  • A
Du cannabis pour le cannibale de Miami
@ CAPTURE D'ECRAN LOCAL 10
Partagez sur :

Le rapport médico-légal révèle que Rudy Eugene n'avait en fait consommé que de la marijuana.

Le "cannibale" de Miami n'était finalement pas sous l'emprise de "sels de bain". La police avait, dans un premier temps, privilégié la piste de cette drogue hallucinogène mais le rapport médico-légal dévoilé mercredi révèle que Rudy Eugene, l'homme qui a été abattu par la police fin mai à Miami alors qu'il dévorait en pleine rue le visage d'un autre homme, n'avait en fait consommé que de la marijuana.

Aucune substance psychotrope

"Le laboratoire d'analyses toxicologiques a identifié la présence des composants actifs de la marijuana" dans le corps de Rudy Eugene, peut-on lire dans le rapport rendu public par l'Institut médico-légal du comté de Miami-Dade en Floride (sud-est).

Selon le document, les analyses n'ont révélé aucune trace "d'autres drogues, d'alcool ou de médicaments pouvant contenir des substances psychotropes". Peu après cette agression et d'autres à caractère similaire enregistrées dans la même période aux Etats-Unis, la police de Miami avait lancé un avertissement sur une nouvelle drogue de synthèse, baptisée "septième ciel",  également connue sous l'appellation générique de "sels de bain", décrite comme "dangereuse".

Pas de chair humaine dans l'estomac

Malgré l'arrivée de policiers sur place le 26 mai, Rudy Eugene, qui était nu, n'avait pas cessé d'arracher avec ses dents le visage de l'autre homme jusqu'à ce qu'un policier l'abatte de plusieurs balles. Les trois quarts du visage de sa victime manquaient quand elle a été conduite dans un état grave à l'hôpital, avait rapporté WSVN-Fox 7.

Toutefois, une première autopsie avait permis de conclure que Rudy Eugene n'avait pas de chair humaine dans l'estomac au moment de sa mort.

La compagne de Rudy Eugene a cependant déclaré en conférence de presse que ce dernier avait pu avoir agi sous l'emprise d'une drogue encore inconnue, voire même de la malédiction d'un vaudou.