DSK ne comparaîtra pas avant lundi

  • A
  • A
DSK ne comparaîtra pas avant lundi
L'avocat du patron du FMI est arrivé au commissariat de Harlem, à New York.@ Reuters
Partagez sur :

Après avoir passé sa journée de dimanche au commissariat, DSK est sorti menotté.

Le patron du FMI a été inculpé dimanche matin de tentative de viol. Il est accusé d'agression sexuelle par la femme de ménage d'un hôtel new-yorkais. Son avocat a déjà prévenu que Dominique Strauss-Kahn allait plaider non-coupable.Il devrait être présenté à un juge dans la journée. Retour sur la journée de dimanche.

05h40 : DSK n'a pas d'immunité diplomatique. Le directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn ne bénéficie pas de l'immunité diplomatique face aux accusations d'agression sexuelle qui pèsent contre lui, a déclaré dimanche un porte-parole de la police de New York.

05h06 : DSK a quitté menotté le commissariatde Harlem, à New York.

04h39 : DSK va se défendre "vigoureusement" contre les accusations de tentatives de viol qui sont portées contre lui et a accepté de nouvelles analyses de la police, a annoncé dimanche soir à New York un de ses avocats.

04h18 : Nouveau mandat de recherche d'ADN. La police de New York a obtenu un nouveau mandat pour examiner les vêtements du patron du FMI Dominique Strauss-Kahn, accusé d'agression sexuelle, à la recherche de nouvelles traces d'ADN, a indiqué dimanche un porte-parole de la police.

04h07 : DSK ne se rendra pas au tribunal dimanche soir. Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont affirmé que le patron du FMI ne viendrait pas au tribunal dimanche soir, où il devait rencontrer le juge, selon les informations recueillies par Jean-Philippe Balasse, correspondant d'Europe 1 à New York.Sa comparution a été repoussé à lundi.

03h47 : Le FMI repousse à lundi sa réunion du Conseil d'administration sur DSK, en attendant les développements de l'enquête à New York.

03h03 : L'audience est suspendue et ne devrait pas reprendre avant 4h15, heure de Paris, selon les informations du correspondant d'Europe1 à New York, Jean-Philippe Balasse.

02h27 : L'audition retardée. Selon le Wall Street Journal, l'audition de DSK a été retardée pour permettre aux enquêteurs d'obtenir l'autorisation d'examiner le patron du FMI, pour détecter la présence éventuelle de blessures, ou d'ADN de la plaignante.

00h30 : Les avocats de DSK au tribunal. William Taylor et Benjamin Brafman, les avocats de Dominique Strauss-Kahn, qui doit comparaître dimanche devant un juge de New York, sont arrivés au tribunal, selon les informations d'Europe 1, transmises par notre correspondant à New York, Jean-Philippe Balasse.

00h00 : Le procureur est une femme. Selon les informations de Jean-Philippe Balasse, correspondant d'Europe 1 à New York, le procureur chargé de l'affaire DSK est une femme.

23h51 : La victime a formellement identfié DSK. La femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle l'a formellement identifié dans le commissariat, selon un porte-parole de la police.

23h40 : Les journalistes attendent toujours DSK. Un journaliste de l'AFP publie sur Twitter un cliché des photographes, amassés devant le commissariat.

22h45 : Strauss-Kahn n'arrivera pas au tribunal avant 18h30 (heure locale). Dominique Strauss-Kahn pourrait ne pas arriver au tribunal new-yorkais où il est attendu pour répondre aux faits qui lui sont reprochés avant 00h30 (soit 18h30, heure locale), informe le journaliste d'Europe 1 présent sur place, Jean-Philippe Balasse, depuis son compte Twitter.

21h45 : la victime présumée attendue au commissariat. La femme de chambre de 32 ans de l'hôtel Sofitel de New York est attendue dimanche au commissariat où se trouvait le directeur du Fonds monétaire International (FMI), a annoncé la police à la presse. "La victime présumée va bientôt arriver" au commissariat du quartier de Harlem, chargé des enquêtes ayant trait aux affaires de délits sexuels, a annoncé la police aux journalistes peu après 15h00 heure locale (19h00 GMT).

21h30 : DSK pourra être photographié. La police a précisé aux photographes présents à la sortie du commissariat de Harlem, à New York, où a été entendu dimanche Dominique Strauss-Kahn, que ce dernier marcherait devant les journalistes à sa sortie, avant de monter dans une voiture de police, selon le tweet d'un journaliste de l'AFP présent à Washington DC.

21h11 : Eva Joly se montre nuancée. L'eurodéputée Eva Joly estime que l'affaire Dominique Strauss-Kahn "ne doit pas venir polluer davantage encore la vie démocratique de notre pays". Dans un entretien à Direct Matin à paraître lundi, elle rappelle être "très attachée à la présomption d’innocence". "Mais si les faits dont il est accusé étaient avérés, ce serait extrêmement grave et triste. Grave pour sa victime, et pour toutes les femmes. Triste pour Dominique Strauss-Kahn, sa famille, et ceux qui l’ont soutenu politiquement", nuance l'écologiste.

20h33 : Moscovici veut établir "la vérité". L'un des principaux lieutenants de DSK, Pierre Moscovici, a réagi à son inculpation, sur TF1. "Je n’ai jamais senti chez lui de violence, je ne le crois pas capable de forcer les choses. Je pense à sa famille", a-t-il assuré. "Je suis un socialiste et un ami, je dis que dans cette affaire-là, tout est à vérifier. Le temps est à l’établissement de la vérité. C’est cela seul qui doit nous préoccuper".

19h56 : Dominique Strauss-Kahn "va bien". Dominique Strauss-Kahn va "bien", a indiqué dimanche l'un de ses avocats américains, William Taylor, après l'avoir vu dans le commissariat de Harlem.

15.05.William-Taylor.930620

© REUTERS

19h30 : Arrivée d'un des avocats américains de Strauss-Kahn. Benjamin Brafman, un des avocats de DSK, est arrivé peu avant 13H00 (17H00 GMT) au commissariat de Harlem, à New York. Il a pénétré dans le commissariat sans faire de déclaration.Cet avocat célèbre a déjà défendu Michael Jackson, notamment, dans une affaire de moeurs.

15.05.Brafman.930620

© REUTERS

19h16 : Henri de Raincourt ne croit pas au "piège". Le ministre de la Coopération a estimé qu'il fallait exclure l'hypothèse du complot. "Le piège, on ne peut pas ne pas y penser" a-t-il déclaré lors de l'émission Internationale de TV5-RFI-Le Monde.

19h10 : La femme de chambre donne "entière satisfaction". La femme de chambre du Sofitel à l'origine de la plainte contre DSK donne "entière satisfaction", a assuré dimanche le patron de l'hôtel. "Nous sommes à la disposition des autorités de police locales dans le cadre de l'enquête engagée contre Dominique Strauss-Kahn. Les contraintes imposées par l'enquête judiciaire ne nous autorisent pas à procéder au moindre commentaire concernant cette affaire", a affirmé le directeur du Sofitel New York, Jorge Tito, dans un courriel reçu par l'AFP.

18h40 : André Vallini brandit la présomption d'innocence. "Il faut évidemment respecter le sacro-saint principe de la présomption d'innocence", a lancé le député de l'Isère André Vallini sur Europe 1. "Ne spéculons pas, ce serait indécent", poursuivi l'élu socialiste. André Vallini a également émis de vives critiques quant au système judiciaire américain. "Tout est possible dans ce pays", a-t-il ainsi lancé. "La politique et la justice s'emballent trop vite" aux Etats-Unis, a-t-il aussi fustigé.

18h34 : La majorité "attend avant de se réjouir". "On va attendre d'en savoir plus sur cette incroyable affaire. Attendons avant de se réjouir", a confié une source gouvernementale au JDD.fr dimanche, suite à l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol à New York. "Si les faits sont avérés, on voit mal comment DSK va pouvoir se lancer dans la course à la présidentielle. Pour lui, c'est cuit. Ce sera Hollande. Je ne sais pas si c'est mieux mais pour Sarkozy, les choses risquent de redevenir jouables", a analysé un membre important de la majorité. La ligne du gouvernement, calée dimanche matin par Nicolas Sarkozy, était pourtant de préserver "la présomption d'innocence".

18h29 : Réunion extraordinaire du conseil d'administration du FMI. L'institution se réunira dimanche pour discuter de la polémique entourant son patron. John Lipsky, numéro deux de l'institution, assurera l'intérim à la direction générale en l'absence de Dominique Strauss-Kahn.

18h18 : le Parti radical de gauche choisit la discrétion. Jean-Michel Baylet, le président duPRG, s'est voulu discret concernant la polémique. "Au nom des valeurs fondamentales que sont les leurs et en tout premier lieu l'humanisme, les radicaux de gauche se refusent à condamner Dominique Strauss-Kahn, accusé dans une affaire rocambolesque dont on ignore pour l'instant la réalité des faits", a-t-il déclaré dans un communiqué.

18h16 : Dominique Strauss-Kahn momentanément remplacé au FMI. John Lipsky, le numéro deux du Fonds monétaire international, va assumer pour un temps les fonctions de directeur général, annonce Reuters.

18h00 : Les discussions du FMI ne seront pas perturbées. L'arrestation de Dominique Strauss-Kahn n'affectera pas les discussions sur le mécanisme de sauvetage de la zone euro, a indiqué dimanche soir Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances. Un autre responsable du FMI prendra part aux discussions prévues lundi, a-t-il expliqué, cité par l'agence de presse Reuters.

17h10 : un biographe de DSK le voit mal parti pour 2012. Selon Philippe Martinat, le patron du FMI ne pourra définitivement pas participer ni à la primaire socialiste, ni a fortiori à l'élection présidentielle en 2012. D'après le co-auteur du livre DSK-Sarkozy, "il est définitivement sorti de la route pour la primaire socialiste et pour la présidentielle". Aux yeux du journaliste du Parisien, Dominique Strauss-Kahn "a peut-être des chances de s'en sortir sur le plan judiciaire, mais cette histoire l'a durablement plombé par rapport à la présidentielle socialiste".

16h50 : Laurent Fabius appelle à l'union. Le député socialiste a qualifié les accusations portées contre Dominique Strauss-Kahn d'"énorme choc", mais qui provoquait "beaucoup d'incrédulité". "Je pense en cet instant avec affection à lui-même, à Anne son épouse et à tous leurs proches", expose le député socialiste dans un communiqué. "Dans l'épreuve, ne laissons pas piétiner la présomption d'innocence et sachons rester unis", demande-t-il.

16h37 : Anne Sinclair défend son mari.La journaliste et épouse du patron du FMI est sortie de son silence, dans un communiqué où elle dit ne pas croire "une seule seconde" aux accusation portées à l'encontre de son mari. Elle dit ne pas douter "que son innocence soit établie" et appelle "chacun à la décence et à la retenue".. Anne Sinclair s'était montrée discrète en début de journée, et n'avait rien publié sur son blog officiel, sur lequel elle avait déjà publié des billets destinés à défendre Dominique Strauss-Kahn lors d'une précédente polémique.

16h05 : les journalistes massés devant le commissariat. Des journalistes du monde entier sont rassemblés devant le commissariat de Harlem, dans le nord de New York, où Dominique Strauss-Kahn est détenu, dans l'attente de sa comparution devant un juge.

15h59 : Michelle Sabban parle de "complot international". "Je suis convaincue d'un complot international. C'est le FMI qu'on a voulu décapiter et pas tant le candidat à la primaire socialiste", a déclaré à l'AFP la strauss-kayhnienne Michelle Sabban, vice-présidente du Conseil régional d'Ile-de-France. "C'est l'homme le plus puissant après Obama", a-t-elle argumenté. Pour elle, l'inculpation de DSK constitue "une nouvelle forme d'attentat politique".

15h55 : un conseil politique envisagé au PS. Le Parti socialiste envisage d'organiser un conseil politique réunissant ses principaux dirigeants pour discuter des conséquences de l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn, a-t-on appris dimanche au sein du PS. Le premier secrétaire, Martine Aubry, a appelé à l'unité après l'annonce de l'arrestation du directeur général du FMI, qui représentait jusqu'ici le principal espoir de la gauche en vue de l'élection présidentielle de 2012. "Un conseil politique, cela veut dire réunir environ 14 personnes. Il faut sonder les uns et les autres et voir si cela est possible", a déclaré une source au Parti socialiste. L'arrestation de Dominique Strauss-Kahn bouleverse les projets des socialistes, qui désigneront leur candidat à l'élection présidentielle du printemps 2012 lors d'une primaire en octobre. Ils pourront présenter à cette fin leur candidature entre le 28 juin et le 13 juillet.

15h48 : le FMI sera représenté lundi à une réunion sur la Grèce. Le FMI sera quoiqu'il arrive représenté à un niveau "adéquat" lundi soir à une réunion importante de la zone euro sur la Grèce à Bruxelles à laquelle devait participer son directeur général, a indiqué dimanche le porte-parole de l'Eurogroupe. A ce stade, il a toutefois ajouté ne pas savoir encore si Dominique Strauss-Kahn serait ou non dans l'incapacité de venir. De son côté, la Commission européenne s'est réfugiée dans un "pas de commentaire" à propos de cette affaire.

15h33 : DSK fait les gros titres. L'inculpation de Dominique Strauss Kahn fait l'ouverture de la plupart des sites d'informations outre-atlantique, alors que le jour se lève aux Etats-Unis. "L'arrestation de DSK sème la confusion en France", titre le New York Times, tandis que le Washington Posttitre sur un sobre : "Le chef du FMI arrêté pour agression sexuelle". Le site Internet de CNN fait également son ouverture sur l'affaire, "le chef du FMI plaidera non-coupable.

14h17 : discussions annulées entre le FMI et Merkel. Des discussions prévues ce dimanche entre la chancelière allemande Angela Merkel et le Fonds monétaire international (FMI) ont été annulées, le FMI ayant décidé de n'envoyer personne à la place de Dominique Strauss-Kahn, inculpé pour agression sexuelle aux Etats-Unis. "Les discussions sont annulées", a dit un haut responsable gouvernemental allemand. Les pourparlers devaient porter sur la crise de la dette dans la zone euro, à la veille d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

14h10 : le FMI "pleinement opérationnel". Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré dimanche "rester pleinement opérationnel" après l'inculpation de son directeur général Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle aux Etats-Unis. Dans un communiqué, le FMI dit n'avoir "aucun commentaire" sur l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn, renvoyant à l'avocat de ce dernier et aux autorités américaines pour toutes les questions relatives à ce sujet.

13h29 : le gouvernement réagit. le porte-parole du gouvernement, François Baroin, appelle, sur France 2, à respecter "la présomption d'innocence" après l'inculpation pour agression sexuelle séquestration et tentative de viol du patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn. Il a précisé que le gouvernement français, dont il était le premier membre à réagir au coup de tonnerre de l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn, "n'ira pas plus loin dans le commentaire de cette affaire" dans l'immédiat. "Il faut être d'une extraordinaire prudence, dans l'expression, dans l'analyse, les commentaires, dans les conséquences", a ajouté François Baroin, en soulignant que le patron du FMI, "qui va être entendu par un juge, aura la possibilité de s'exprimer, de donner sa version".

13h12 : DSK nie en bloc. Dominique Strauss-Kahn nie tous les faits qui lui sont reprochés, selon son avocat à Washington, William Taylor.

13h00 : François Bayrou, "c'est une immense surprise". "Ma réaction n'est pas politique essentiellement, mais ce qui me frappe, c'est que c'est très lourd pour un homme, pour un parti, mais aussi pour l'image de la France", a déclaré le patron du Modem, sur Europe 1. "Un élu ce n'est pas seulement quelqu'un qui prend des décisions, c'est quelqu'un qui porte une image de la vie. Je suis sur que beaucoup de femmes ses sentent blessées", a-t-il poursuivi. "C'est grave pour nous tous, pour les citoyens, pour le rapport de confiance qui devrait exister", a-t-il poursuivi.

12h58 : Hollande parle d'une terrible nouvelle. François Hollande a estimé dimanche, sur le plateau de Dimanche +, que l'inculpation de Dominique Strauss Kahn pour tentative de viol est une "terrible nouvelle". François Hollande a précisé qu'il appelle à la "retenue".

12h14 : DSK a reçu à la visite d'un diplomate français. Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn a reçu samedi soir à New York la visite d'un diplomate français, après son arrestation, dans le cadre de la "protection consulaire" que la France octroie à tous ses ressortissants. "Philippe Lalliot, consul général à New York a rendu visite samedi soir à Dominique Strauss-Kahn", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero. "L'ambassade de France et le consulat à New York sont mobilisés", a précisé le porte-parole. "Nous sommes et restons en contact étroit avec le FMI et les autorités américaines", a-t-il ajouté, sans plus de commentaire. Dominique Strauss-Kahn a été formellement inculpé dimanche d'agression sexuelle, de séquestration de personne et de tentative de viol sur une jeune femme de 32 ans, quelques heures après avoir été arrêté à l'aéroport de New York.

12h00 : une suite à 3.000 dollars. Selon les informations publiées par le New York Post, les faits ont eu lieu vers 13 heures (heure locale) samedi, "quand une femme de ménage de 32 ans est entrée dans la suite de luxe à 3.000 dollars la nuit" de DSK, écrit le journal. "Strauss Kahn était dans la salle de bain et en est sorti nu. Il a ensuite enfermé la jeune femme dans la chambre où il lui a sauté dessus", poursuit le NYP, précisant qu'"elle a essayé de le repousser, mais il l'a entrainée dans la salle de bain". Dominique Strauss Kahn s'est ensuite rendu à l'aéroport JFK, oubliant son téléphone dans la chambre. Il a ensuite été interpellé dans l'avion qui devait l'emmener à Paris, par trois policiers, qui l'ont arrêté "mais pas menotté" précise le NYP.

11h59 : Mélenchon appelle à la retenue. Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche, s'est dit auprès de l'AFP "consterné" après l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn aux Etats-Unis pour agression sexuelle et tentative de viol, appelant "à la retenue" et à ne "pas juger avant de savoir". "Je suis consterné", a-t-il dit. "Je souhaite que ce soit faux car le viol est un crime. Il y aurait alors une victime", a-t-il poursuivi, estimant que "c'est déjà assez de l'humiliation que cette information provoque parmi les siens". "J'appelle à la retenue. Ne jugeons pas avant de savoir", a-t-il conclu.

11h57 : Aubry "stupéfaite". La première secrétaire du PS, Martine Aubry, s'est déclarée dimanche lors d'un point presse, "stupéfaite" de l'inculpation aux Etats-Unis du patron du FMI Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle et tentative de viol, évoquant un "coup de tonnerre". La première secrétaire du PS a demandé dimanche de rester "unis et responsables".

11h56 : Vanneste appelle à la prudence. Le député UMP du Nord, Christian Vanneste, estime, sur son blog, qu'"il faut être très prudent avec cette affaire. Si tout cela se confirme, on va assister à un véritable cataclysme. Encore une fois si les faits sont avérés, cela pourrait avoir trois conséquences évidentes : l’image de la France serait ternie, il pourrait y avoir un renforcement de la méfiance de grand public sur la classe politique et pour le PS cela voudrait dire que le parti perd le candidat le plus capable".

11h42 : DSK libérable sous caution. Selon l'Express.fr, citant des proches du président du FMI, Dominique Strauss Kahn pourrait être libéré sous caution vers 13 heures.

11h14 : Bayrou, troublé et navré. Le président du MoDem, François Bayrou, a qualifié dimanche "de confondant, navrant et infiniment troublant" l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle et tentative de viol, soulignant l'exigence de "responsabilité" d'un homme politique. "C'est une information infiniment troublante", a réagi l'ancien candidat à la présidence de la République en déplacement sur l'île de la Réunion. "Bien sûr il faut que l'enquête se déroule mais d'ores et déjà on mesure les conséquences à la fois pour un homme, pour son parti mais aussi pour l'image de la France dans le monde", a-t-il expliqué. "Si les faits sont vérifiés, ce sont des comportements dégradants à l'égard de cette jeune femme et des femmes en général et j'image que beaucoup d'entre elles en seront blessées", a-t-il ajouté.

10h48 : DSK devant le juge dans la journée. Selon les dernières informations, le président du FMI devrait être présenté à un juge dans la journée dimanche.

10h30 : pour Ségolène Royal, il faut garder son calme. Interrogée sur Europe 1 sur l'inculpation de DSK aux Etats-Unis pour tentative de viol sur une femme de chambre, Ségolène Royal a lu une brève déclaration dans laquelle elle rappelle que "Dominique Strauss a droit comme tout citoyen" et elle souligne que "ses pensées vont vers sa famille". Elle a précisé ne pas vouloir "transformer cette événement en feuilleton politique". Et de conclure : "le moment n'est pas venu de commenter les conséquences sur la vie politique intérieure". La présidente de la région Poitou-Charente a ajouté qu'il était "indigne d'essayer de tirer un bénéfice de l'inculpation" de Dominique Strauss-Kahn avant que cette information soit "vérifiée et prouvée". "Que chacun garde son calme et sa sérénité", a-t-elle ajouté.

10h00 : Le Guen "il faut rester prudent". Ce proche collaborateur de DSK a régi dimanche matin sur Europe 1. "C'est évidemment un choc terrible", a déclaré Jean-Marie Le Guen. "Mais tant que je n'aurai pas entendu le point de vue de Dominique Strauss-Kahn, je regarderai les faits mais je ne tirerai pas de conclusion hâtive", a-t-il souligné. "Je pense qu'encore une fois, les processus démocratiques font qu'on doit pouvoir entendre les différentes parties. Mais en aucune façon, cet épisode ne ressemble au Dominique Strauss-Kahn que l'on connaît", a-t-il poursuivi, précisant que "je pense qu'il y a besoin d'avoir un peu de distance et surtout d'entendre le point de vue personnel de DSK".

09h47 : Bernard Debré, ne mâche pas ses mots. Le député UMP de Paris, DSK est "un homme peu recommandable". "C'est humilier la France que d'avoir un homme qui soit comme lui, qui se vautre dans le sexe et ça se sait depuis fort longtemps", a-t-il déclaré sur Europe 1, dimanche matin. "Il est totalement déconsidéré, déjà il se vautrait dans le bling-bling, on l'avait vu dans les journaux, maintenant il se vautre dans le sexe, c'est inacceptable", a-t-il ajouté. "Bien sûr il y a la présomption d’innocence, mais bon quand même, vous croyez que la police serait venue le chercher dans l’avion d’Air France, un homme comme lui ? Je trouve cela misérable et humiliant pour notre pays", a-t-il estimé, ajoutant que la course à la présidence "est terminée".

09h08 : DSK inculpé. Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), le Français Dominique Strauss-Kahn, a été formellement inculpé dimanche d'agression sexuelle et de tentative de viol quelques heures après avoir été arrêté à l'aéroport de New York, a-t-on appris de source policière. Il "a été inculpé d'agression sexuelle, de séquestration de personne et de tentative de viol, sur la personne d'une jeune femme de 32 ans dans une chambre d'hôtel à New York", a précisé aux journalistes Ryan Sesa, porte-parole de la police à Harlem. Il devait être déféré au parquet dans la journée de dimanche, et devait rester au commissariat de Harlem d'ici là, a-t-on précisé de même source.

02h50 : DSk en garde à vue. Le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn, arrêté samedi à l'aéroport JFK de New York avant son départ pour la France, a été placé en garde à vue et était interrogé pour une agression sexuelle présumée, a confirmé la police new-yorkaise. "Nous l'avons mis en garde à vue et remis à la police de New York" (NYPD), a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat un responsable de l'Autorité des ports de New York et du New Jersey. "Nous l'avons fait à la demande du NYPD", a ajouté cette source.

01h55 : le New York Times donne des précisions. Citant un porte-parole de Port Authority, le NYTprécise que DSK a été arrêté à l'aéroport John Fitzgerald Kennedy quelques minutes avant d'embarquer à bord d'un vol à destination de Paris. Le NYT, citant les autorités portuaires de la ville, ajoute que Strauss-Kahn, est accusé d'"agression sexuelle" sur une employée d'un hôtel de Times Square, agression commise plus tôt dans la journée.

01h48 : l'annonce de l'arrestation. Le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn a été arrêté samedi à New York quelques minutes avant son départ pour la France après avoir été accusé d'agression sexuelle sur une employée d'hôtel, rapporte le New York Times.

22h45 : DSK est interpellé dans un avion Air France. Dominique Strauss Khan est interpellé à 16h45 (heure locale) 22h45 (heure française) par la police de New York.