Donald Trump : "Les Etats-Unis respectent profondément les Africains"

  • A
  • A
Donald Trump : "Les Etats-Unis respectent profondément les Africains"
@ FABRICE COFFRINI / AFP
Partagez sur :

Donald Trump a envoyé une lettre aux chefs d'Etats africains dans laquelle il souligne le lien entre les Etats-Unis et l'Afrique. Il annonce également une visite du chef de sa diplomatie sur ce continent. 

Donald Trump a assuré dans un courrier aux dirigeants africains que les Etats-Unis "respectent profondément" les Africains, deux semaines après un concert d'indignations provoqué par des propos insultants pour l'Afrique attribués au président américain.

"Nous travaillons ensemble". Dans cette lettre datée du jeudi 25 janvier et adressée aux chefs d'Etat rassemblés ce dimanche et lundi pour le 30e sommet de l'Union africaine, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, Donald Trump assure que "les Etats-Unis respectent profondément les partenariats et les valeurs que nous partageons avec l'Union africaine, ses pays membres et ses citoyens à travers le continent. Je tiens à souligner que les Etats-Unis respectent profondément les Africains". "Nos soldats combattent côte à côte pour défaire les terroristes" et "nous travaillons ensemble pour intensifier un commerce libre, juste et réciproque", a-t-il notamment ajouté. Le président américain n'a pas fait référence à ces propos dans son courrier, mais a annoncé que "le secrétaire d'Etat Rex Tillerson se rendra en Afrique pour une visite prolongée en mars". Aux dirigeants africains, Donald Trump a également dit "se réjouir à l'idée de recevoir nombre d'entre vous à la Maison Blanche".

"Pays de merde". Lors d'une réunion avec plusieurs sénateurs dans le Bureau ovale le 12 janvier, Donald Trump avait utilisé le terme "pays de merde" en référence à des pays d'Afrique ainsi qu'à Haïti et au Salvador, selon plusieurs médias et un sénateur ayant participé à la réunion. Le 45e président des Etats-Unis, dont les propos ont provoqué un concert d'indignation, s'était notamment défendu dans une formule alambiquée, affirmant que "le langage que j'ai utilisé lors de la réunion était dur, mais ce ne sont pas les mots utilisés". Le 13 janvier, les ambassadeurs de 54 pays africains à l'ONU avaient exigé "rétractations" et "excuses". Selon des sources concordantes, les 55 pays membre de l'Union africaines pourraient adopter lors du sommet d'Addis Abeba une déclaration commune condamnant les propos de Donald Trump.