Trump : "J'ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris"

  • A
  • A
Trump : "J'ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris"
Donald Trump a cité la ville de Pittsburgh pour justifier le retrait américain de l'accord sur le climat. @ Brendan Smialowski / AFP
Partagez sur :

Le président américain a cité Pittsburgh pour justifier son retrait de l'accord de Paris sur le climat. Le maire de la ville lui a répondu fermement quelques instants plus tard. 

Donald Trump, qui a annoncé jeudi le retrait des États-Unis de l'accord sur le climat, a déclaré avoir "été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris". Quelques instants plus tard, le maire de la ville américaine lui a fermement répondu, devenant immédiatement le symbole de la résistance anti-Trump.

"Les Etats-Unis rejoignent la Syrie, le Nicaragua et la Russie, en décidant de ne pas participer à l'accord mondial de Paris. C'est maintenant aux villes de prendre les rênes" de l'économie verte, a écrit Bill Peduto sur Twitter. "En tant que maire de Pittsburgh, je peux vous assurer que nous suivrons les directives de l'accord de Paris pour nos administrés, notre économie et notre avenir", a encore balayé Bill Peduto.



Le maire devient la coqueluche de Twitter. En l'espace de quelques minutes après sa salve de tweets, le maire Bill Peduto est devenu la coqueluche des réseaux sociaux et le symbole de la résistance politique au niveau local contre la décision choc de Donald Trump. Ce dernier a annoncé la sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, générant une onde de choc et une appréhension mondiales quant à l'avenir du texte signé fin 2015 par 195 pays, dont l'Amérique de Barack Obama.

"J'ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris", avait assuré, quelques minutes plus tôt, le président américain depuis les jardins de la Maison-Blanche, ajoutant qu'il ne voulait "rien qui puisse se mettre en travers de notre chemin" pour redresser l'économie américaine. Avant d'insister : "Il est temps de mettre Youngstown, dans l'Ohio, Detroit, dans le Michigan et Pittsburgh, en Pennsylvanie, qui comptent parmi les meilleurs endroits de ce pays, devant Paris, en France".

80% des voix pour Clinton lors de la présidentielle. L'édile a ainsi tenu à différencier sa ville de l'est américain de celles de l'Amérique profonde qui ont massivement propulsé l'homme d'affaires à la Maison-Blanche. "Faits : Hillary Clinton a reçu 80% des votes à Pittsburgh", a ajouté le maire. "Pittsburgh se tient (debout) avec le monde et suivra l'accord de Paris", a-t-il martelé.