Donald Trump défend son fils "innocent" et attaque les médias

  • A
  • A
Donald Trump défend son fils "innocent" et attaque les médias
@ JOHN MACDOUGALL / AFP
Partagez sur :

Le fils aîné de Donald Trump a admis avoir rencontré l'an dernier une avocate, qui lui avait été présentée comme une émissaire du gouvernement russe, en possession d'informations potentiellement compromettantes sur Hillary Clinton.

Le président américain Donald Trump a défendu mercredi matin son fils aîné, affirmant qu'il était "innocent" tandis que la publication d'un échange d'emails alimentait encore davantage les soupçons concernant le rôle de Moscou dans l'élection présidentielle de 2016.

Le père félicite le fils. Donald Trump Jr, 39 ans, a rendu publics lui-même mardi des courriels montrant qu'il était au courant des efforts de la Russie pour aider la campagne de son père, admettant dans l'un d'eux qu'il "adorerait" obtenir des informations compromettantes de Moscou sur la rivale démocrate Hillary Clinton. "Mon fils Donald a fait du bon travail hier soir", a tweeté le président tôt mercredi, faisant référence à l'entretien de son fils mardi soir sur Fox News. "Il a été ouvert, transparent et innocent", a-t-il estimé. "C'est la plus grande chasse aux sorcières de l'histoire politique. Triste !", a estimé le président, répétant une accusation qu'il a déjà émise à plusieurs reprises concernant l'affaire russe.

Une "avocate du gouvernement russe". D'après les emails, Donald Jr. a été informé par un intermédiaire britannique qu'il pourrait obtenir "des informations de très haut niveau et sensibles" dans le cadre "du soutien de la Russie et de son gouvernement pour M. Trump". Il a expliqué sur Fox que sa rencontre avec une femme identifiée dans les courriels comme une "avocate du gouvernement russe" n'avait mené à rien, assurant ne pas avoir évoqué cette discussion avec son père car elle n'avait pas fourni d'informations compromettantes concernant Hillary Clinton. Il s'est rendu à cette rencontre en juin 2016 avec Paul Manafort, directeur de la campagne Trump, et Jared Kushner, gendre de Donald Trump devenu l'un de ses plus proches conseillers à la Maison Blanche.

"Fake news". Par ailleurs, le président s'est en de nouveau pris aux médias mercredi. "Souvenez-vous, quand vous entendez 'ont indiqué des sources' dans les Faux médias, souvent ces sources sont inventées et n'existent pas", a-t-il tweeté, sans qu'il apparaisse clairement s'il faisait référence à un article en particulier, puisque les informations de presse concernant la rencontre de son fils avec l'avocate russe ont été confirmées par les intéressés.

Plusieurs enquêtes sont en cours aux Etats-Unis, de la part de la police fédérale (FBI) et de commissions du Congrès, concernant l'ingérence de la Russie dans le processus électoral l'an dernier et notamment au sujet d'une possible collusion entre le premier cercle du président américain et le pouvoir russe.