Des milliers de Russes défilent dans les rues en hommage à Boris Nemtsov

  • A
  • A
Des milliers de Russes défilent dans les rues en hommage à Boris Nemtsov
@ AFP
11 partages

UN AN APRES - Selon le ministère de l'Intérieur russe, les manifestants étaient environ 7.500. Les journalistes de l'AFP sur place en comptaient plus de 20.000.

EN IMAGES -

Plusieurs milliers de Russes ont défilé samedi dans les rues de Moscou et Saint-Pétersbourg pour commémorer le premier anniversaire de l'assassinat de l'opposant Boris Nemtsov, dont le ou les commanditaires n'ont toujours pas été retrouvés.

Russie 2

"Les assassins ont aussi tiré sur nos espoirs de construire une nouvelle Russie". A Moscou, encadrés par des centaines de policiers anti-émeutes, les manifestants ont scandé sous un beau soleil d'hiver des slogans contre le président russe Vladimir Poutine et brandissaient le portrait de l'opposant, abattu de quatre balles dans le dos à quelques pas du Kremlin le 27 février 2015. Selon le ministère de l'Intérieur russe, les manifestants étaient environ 7.500. Les journalistes de l'AFP sur place en comptaient plus de 20.000.

Russie 3

En silence, au début du cortège, des jeunes Russes faisaient flotter des drapeaux nationaux dans une atmosphère de recueillement. "Ce n'est pas seulement Boris Nemtsov qui est mort : les assassins ont aussi tiré sur nos espoirs de construire une nouvelle Russie", a regetté Emil, très ému. "Il fallait que je vienne, pour ne pas avoir honte devant mes petits-enfants", a expliqué, de son coté, Ilia Volkov, 55 ans. Pour Varvara Mikhaïlova, 24 ans, le meurtre de Boris Nemtsov reste un choc, même un an après. "Sa mort m'a bouleversée", confie-t-elle. "C'était un coup dur pour chacun d'entre nous. Il faut que nous marquions notre présence, que le gouvernement sache que les gens contre sa politique existent".

Russie 4

Le principal opposant de Poutine. Mort à l'age de 55 ans, Boris Nemtsov était le principal opposant de Vladimir Poutine. Après son assassinat, tous les regards se sont tournés vers le président russe, trouvant en lui le commanditaire idéal. Celui-ci s'est empressé de condamner le meurtre, ajoutant avoir placé l'enquête sous son ordre et suggérant qu'il a pu s'agir d'un "contrat" et d'une"provocation" juste avant une grande manifestation de l'opposition que devait mener la victime à Moscou. "Tout sera fait pour que les organisateurs et exécutants de ce crime lâche et cynique reçoivent le châtiment qu'ils méritent", avait affirmé Vladimir Poutine.

a