Des affrontements meurtriers éclatent en Macédoine

  • A
  • A
Des affrontements meurtriers éclatent en Macédoine
@ TOMISLAV GEORGIEV / AFP
Partagez sur :

VIOLENCES - Huit policiers et 14 membres d'un groupe armé sont morts dans des affrontements qui ont éclaté samedi et dimanche en Macédoine, à la frontière du Kosovo. 

De violents affrontements ont éclaté samedi et dimanche dans la région de Kumanovo, dans le nord de la Macédoine, entre des policiers et des dizaines de membres d'un groupe armé. 22 personnes ont été tuées dont 8 policiers. 

Qui sont les assaillants ? Les affrontements armés ont eu lieu lorsque les policiers ont assiégé un quartier où était retranchés les membres d'un "groupe armé venu d'un pays voisin" dans le but de perpétrer une "attaque terroriste", ont indiqué samedi les autorités macédoniennes. Dimanche, un porte-parole de la police a affirmé que les assaillants faisaient partie d'un "groupe terroriste" formé d'une trentaine de personnes, citoyens de Macédoine, du Kosovo et d'Albanie, présumés d'origine albanaise. Les tirs se sont poursuivis dimanche. Le bilan est déjà lourd : 22 morts, dont 8 policiers et 37 blessés. 

Scènes de guérilla urbaine. Depuis samedi à l'aube, Kumanovo, située à une quarantaine de kilomètres au nord de la capitale, a été le théâtre de scènes de guérilla urbaine. Des troupes d'élite, des transports de troupes blindés, des policiers casqués et portant des gilets par balles ont bouclé le quartier à majorité albanaise musulmane où étaient retranchés les membres du groupe. Des dizaines d'habitants ont fui le quartier, et les rues de la ville étaient presque désertes.

Des mauvais souvenirs ravivés. L'Union européenne s'est déclarée "profondément préoccupée" par ces violences, qui réveillent la crainte d'un conflit similaire à celui de 2001. A l'époque, des affrontements avaient opposé pendant six mois les forces armées aux rebelles albanais réclamant davantage de droits au sein de la société. "Toute escalade ultérieure de la violence doit être évitée, dans l'intérêt de la stabilité générale dans le pays", a déclaré le commissaire à l'Elargissement Johannes Hahn, dans un communiqué samedi soir.