Heurts entre la police et des manifestants anti-G20 à Hambourg

  • A
  • A
Heurts entre la police et des manifestants anti-G20 à Hambourg
Plusieurs milliers de militants antimondialistes ont entamé jeudi soir une marche sous haute tension à Hambourg.
Partagez sur :

La police a chargé le cortège de 12.000 personnes pour faire partir plusieurs centaines d'extrémistes. Des affrontements ont éclaté dans la foulée.

Des heurts ont éclaté jeudi soir entre plusieurs milliers de manifestants anti-G20 et la police, qui a décidé de disperser la foule au moyen de gaz lacrymogène et de canons à eau. La police a chargé le cortège de 12.000 personnes pour faire partir plusieurs centaines d'extrémistes encagoulés et habillés de noir. Des affrontements ont éclaté dans la foulée.

Plusieurs personnes ont été blessées et d'autres interpellées par les forces de l'ordre, selon des images de la télévision allemande. Bouteilles, pierres et pétards ont été jetés sur les policiers qui ont riposté en déployant leurs canons à eau. La police a ajouté que son porte-parole avait été agressé par des protestataires, alors qu'il accordait une interview et a dû se réfugier dans un véhicule de pompiers.

"Bienvenue en enfer". Les manifestants, réunis sous les slogans "Welcome to Hell" (Bienvenue en enfer) ou encore "Smash G20" (pulvérisez le G20), ont été stoppés par la police au bout de seulement 300 mètres de parcours. Ils étaient partis du "quartier des poissons", près de l'Elbe et se dirigeaient vers le centre des congrès où le sommet se tiendra vendredi et samedi. Au bout d'un peu plus d'une heure, la police a décidé de mettre fin à la manifestation et entrepris de disperser la foule. Plusieurs milliers de personnes restaient toutefois aux abords des lieux des heurts vers 18h30. La police s'est justifiée en disant avoir demandé aux manifestants les plus extrémistes, qui défilaient encagoulés et vêtus de noir, de découvrir leur visage. Ce qu'ils n'ont pas fait.

eau600

Crédit photo : AFP

La police redoute une escalade des tensions. Ce rassemblement à l'initiative d'une "alliance autonome et anticapitaliste", promettait d'être l'un des plus musclés en marge du sommet. La police, sur les dents depuis plusieurs jours, redoute une escalade des tensions, Hambourg étant réputé être un bastion de la contestation violente.  Selon les autorités, jusqu'à 100.000 manifestants devraient battre le pavé sur plusieurs jours. Une autre grande manifestation à l'initiative de la mouvance d'extrême gauche est prévue samedi en fin de matinée.

20.000 policiers déployés. Quelque 20.000 policiers venus de toute l'Allemagne ont été déployés dans la grande cité portuaire à l'occasion du sommet face aux risques d'attentat et de débordement des manifestations anti-G20.